Année2017
Contributeur(s)Liga Mexicana por la Defensa de los Derechos Humanos | Prison Insider

Le quotidien

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dénonce, en 2014, les conditions observées dans la “canina” de Topo Chico. Il s’agit d’une petite enceinte dans laquelle vivent, dans des conditions inacceptables en termes d’espace et de salubrité, plus de 40 personnes ayant besoin de soins spéciaux.

L’infrastructure de la plupart des établissements visités par le rapporteur spécial est en mauvais état. Les détenus ne disposent pas d’eau, d’électricité ou de ventilation dans les cellules des prisons de Nezahualcoyotl Bordo, Santa Martha, Topo Chico et La Mesa. Beaucoup doivent dormir sur le sol, à tour de rôle, par manque de lits. Les installations relevant du Procureur général de la Basse Californie à Tijuana sont insuffisantes. Les cellules sont petites et n’ont pas d’eau courante, d’électricité, ou de matelas. Le rapporteur spécial relève l’existence de deux cellules, vides lors de sa visite, si petites qu’elles ne permettent pas de s’y coucher.

Les cellules sont collectives. Chaque personne dispose en moyenne de 4m². La plupart des couchages sont des lits de camps ou des matelas en mousse. L’accès à un lit s’achète. De nombreux prisonniers dorment à même le sol. Aucune cellule n’a de chaise, de table ou d’armoire. Les rares toilettes n’ont pas l’eau courante en permanence. Les fenêtres n’offrent que peu de lumière du jour. Les cellules sont rarement ventilées. Jusqu’à 20 détenus sont enfermés dans des cellules conçues pour 5 ou 6 personnes, dans de nombreuses prisons du centre du pays.

Trois repas par jour doivent être délivrés. Les détenus se plaignent fréquemment de la quantité et de la qualité de la nourriture. Seul un tiers des prisonniers est nourri dans les prisons où le taux d’occupation est élevé. Les autres doivent payer ou attendre que leur famille leur apporte de quoi manger, sous réserve de l’autorisation de l’administration. Les familles doivent payer les gardiens ou les détenus qui contrôlent la prison pour pouvoir apporter de la nourriture à leurs proches.

La préparation des aliments est effectuée par les personnes détenues ou par une entreprise privée de restauration. Seuls certains détenus peuvent cuisiner dans leurs cellules. Il s’agit d’un privilège qui s’achète. Il existe dans certains établissements des épiceries où les détenus peuvent acheter des vivres.

450 prisonniers de la maison d’arrêt de Guadalajara souffrent, en mai 2014, d’une intoxication alimentaire après avoir ingéré un mauvais ceviche de soja. Le fournisseur La Cosmopolitana est condamné au versement d’une amende de 331 217 pesos (17 665 USD) et d’une pénalité supplémentaire de 720 000 pesos (38 400 USD)1.

La plupart des douches sont collectives. L’accès à l’eau, défaillant, empêche régulièrement les prisonniers de se laver. Les produits d’hygiène ou de nettoyage des cellules sont fournis par les familles ou achetés par les personnes détenues. La présence de nuisibles comme des cafards ou des rats est courante.

L’administration pénitentiaire ne fournit pas de serviettes hygiéniques. Les détenues doivent les acheter ou les obtenir par le biais de leur famille.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme dénonce, en 2015, les conditions d’hygiène déplorables d’une cellule d’isolement dans la prison pour femmes de Santa Martha (District fédéral). Des ordures, de la nourriture avariée et une serviette hygiénique usagée y sont trouvées. Une prisonnière indique que sortir les poubelles ou disposer de ses propres produits d’hygiène n’est pas autorisé. Seules deux serviettes hygiéniques par mois y sont fournies.

Les personnes détenues passent une grande partie de la journée enfermées dans leur cellule. Les activités, le sport ou les possibilités de formation sont rares. Les prisons de Topo Chico (Monterrey) et Santa Martha (District fédéral) ont des régimes plus souples. Cela s’explique par la présence de gangs qui ont la main sur la gestion de la prison.

“La Voix de la Pénitence” est un concours de chant organisé, depuis trois ans, dans les prisons fédérales. Le but de cette initiative est de participer à la réinsertion des détenus par le biais d’une démarche artistique. Plus de 3 000 prisonniers, venant de 26 pays, y ont participé. La finale, à l’issue de laquelle le gagnant est désigné, a lieu dans la prison de l’Est (District fédéral). Il gagne l’enregistrement d’un album dans un studio professionnel 1.


  1. Estigma, “Sueño Nocturno” - groupe de la prison Oriente participant au concours de chant, 30 juillet 2012 

L’accès à la télévision ou aux journaux est payant. Ces médias sont gratuits dans la prison de Barrientos (Etat de Mexico). L’accès à internet est limité.

Les détenus de la prison Oriente mettent en scène, depuis 16 ans, la Passion du Christ. Pendant deux mois, 83 détenus y travaillent, avec le soutien de la Commission pastorale pénitentiaire de l’archidiocèse de Mexico.

La corruption est très répandue, particulièrement dans les prisons d’État. Le personnel pénitentiaire et les prisonniers chargés de l’auto-gouvernance des établissements monnayent l’accès à un espace de couchage (qui peut varier d’une plaque sur le sol à un lit), l’utilisation des sanitaires, l’accès à l’eau potable et à la nourriture. Certaines personnes achètent la protection d’un garde du corps pour 2 500 à 5 000 pesos (150-300 USD). Pour être logé dans une zone sécurisée, le prix à débourser est le même. Ces paiements doivent être renouvelés tout au long du séjour en prison. Ce sont souvent les familles qui prennent en charge ces coûts.

La Coordination informelle des prisonniers de la résistance (CIPRE) lance, le 27 juin 2015, une grève de la faim de près de 50 jours. Des détenus de diverses prisons du District fédéral y participent, appelant les autorités à mettre un terme à la torture et aux abus commis par le personnel.

Deux mutineries éclatent, les 11 et 12 octobre 2015, à la prison de Cancun. Six prisonniers et quatre policiers sont blessés. Une personne détenue est tuée par le tir d’un gardien, reçu dans la poitrine. Les mauvaises conditions de vie et une tentative d’évasion semblent en être à l’origine.

74 évasions ont lieu, en 2015, dans 14 prisons de l’État. La plus importante se produit le 20 décembre à la prison de Cholula (Puebla). Onze prisonniers s’échappent. Trois sont rattrapés et un décède après avoir été passé à tabac par les agents de sécurité.

La loi exige que les détenus soient entendus par un comité disciplinaire avant que ne soit appliquée une sanction disciplinaire. Cette procédure n’est pas respectée. Un prisonnier peut être placé à l’isolement pour une période allant jusqu’à plusieurs mois. Il reste alors enfermé de 22 à 24 heures par jour. Les appels et les visites de ses proches sont limités. Le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture dénonce des conditions de détention déplorables et une surpopulation dans les cellules disciplinaires des prisons de Nezahualcóyotl Bordo, Santa Martha, La Mesa et Topo Chico.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) pointe, dans un rapport de 2015, les conditions inhumaines dans lesquelles sont placés les prisonniers mis à l’isolement dans la prison de Santa Martha (District Fédéral). Une prisonnière révèle avoir passé trois mois à l’isolement pour avoir réclamé le respect de ses droits au chef des gardiens.

La CIDH dénonce l’utilisation excessive des transferts comme forme de sanction, provoquant une rupture des liens familiaux. Ni le prisonnier, ni sa famille, ni son avocat ne sont informés de ces transferts par avance. Le détenu peut subir des mauvais traitements durant le trajet.

Des fouilles par palpations humiliantes sont fréquemment imposées aux prisonniers et à leur famille. Les principales victimes en sont les femmes qui viennent en visite, souligne la CIDH lors de sa 156ème session. En outre, ces mesures n’ont pas un impact significatif en termes de sécurité ou de prévention d’introduction d’objets illicites. Mais elles cherchent à décourager les visites.

Le trafiquant de drogue Joaquín “El Chapo” Guzmán s’échappe, le 11 juillet 2015, de la prison de haute sécurité d’Altiplano grâce à un tunnel d’un kilomètre et demi reliant se cellule à une maison en construction. Cet événement, très couvert médiatiquement, a mis en évidence la corruption existant dans les prisons mexicaines.