Date du rapport

Contact avec l'extérieur

Toutes les personnes détenues disposent d’un droit de visite

oui

Visiter une personne détenue nécessite de prévenir l’établissement et de remplir certains documents.
En pratique, l’accès à la prison n’est pas systématiquement refusé aux visiteurs qui arrivent sans prévenir. Leur demande est examinée à leur arrivée sur le site par un agent de l’administration pénitentiaire.

i
10/2006
/ Japan Federation of Bar Associations, “Information for Prison Inmates”, p.18. (en anglais)

Personnes autorisées à la visite

toute personne

Si un visiteur a noué une relation de longue date avec le prisonnier (ami, famille, connaissance, ancien professeur, collègue, etc.) il sera en général autorisé à voir le prisonnier.

Les rencontres ont généralement lieu dans des salles prévues à cet effet, équipées de cloisons transparentes et conçues pour séparer les détenus des visiteurs. Tout contact physique est empêché. Les personnes détenues déplorent que les surveillants assistent de plus en plus souvent à ces rencontres.Le nombre de visites accordé à chaque détenu dépend de son niveau de privilège. Leur durée est d’au moins cinq minutes et ne peut excéder 30 minutes.Les prisonniers de niveau 4 (maximum de restrictions, minimum d’avantages) sont autorisés à recevoir deux visites par mois ; les prisonniers de niveau 3, trois visites, les prisonniers de niveau 2, cinq visites et les prisonniers de niveau 1, jusqu’à sept visites.

Les visites s'effectuent sans dispositif de séparation

non

Rares sont les établissements équipés de parloirs sans dispositif de séparation.

Les personnes détenues sont autorisées à recevoir la visite de leurs enfants ou de mineurs proches

oui

Il est difficile pour les enfants de rendre visite à leur mère en détention, les visites disponibles étant limitées.

Les visites conjugales sont autorisées

non

L’échange de courrier est autorisé

oui, sous conditions

Les détenus sont autorisés à écrire un nombre limité de lettres. Le nombre de courriers reçus n’est pas limité. Les prisonniers sont autorisés à écrire à leur famille, leur avocat ou encore, pour les étrangers, aux autorités consulaires. Les courriers rédigés dans une autre langue que l’anglais ou le japonais sont refusés. Les prisonniers doivent s’acquitter des frais relatifs à l’envoi de leur courrier. Le cas échéant, ils ne sont pas autorisés à rédiger de lettres.

L’échange de courrier est soumis à un contrôle

oui

La quasi-totalité des courriers est lue par l’administration, y compris ceux adressés à l’Association du Barreau et aux avocats.

L’échange de courrier sous pli fermé est autorisé

dans certains cas

La réception de colis est autorisée

oui

Les condamnés peuvent recevoir des livres, des magazines, des photographies et de l’argent. Tout autre produit doit être acheté à la boutique de la prison.

Les personnes détenues sont autorisées à passer des appels vers l’extérieur

non

Il est extrêmement rare que les détenus soient autorisés à téléphoner. Les condamnés sur le point d’être libérés peuvent se voir accorder la possibilité de téléphoner pour faciliter leur sortie.