Interview

France : psychiatrie et prison, sur le fil

L’amélioration des soins psychiques en prison, une bonne nouvelle ?

Que peut la prison pour les personnes qui présentent des troubles psychiques ? Les services médico-psychologiques régionaux (SMPR) peuvent, depuis 1986, assurer une hospitalisation de jour pour les personnes détenues qui nécessitent une attention particulière. Les SMPR, présents dans 26 des établissements pénitentiaires français, répondent à de nombreux besoins : dépistage des troubles, soins médico-psychologiques, prévention, coordination… Lorsque les soins nécessaires ne peuvent plus y être assurés, les personnes peuvent être transférées en Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA). Ces unités, construites à partir de 2010, ne parviennent pas à répondre, dans les faits, aux situations de crise.

Eric Kania est, depuis plus de 20 ans, médecin psychiatre au centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille. Il a écrit à Prison Insider à la suite de la publication du dossier L’enfermement à la folie pour apporter des précisions et son point de vue. Prison Insider lui a proposé une interview, ce qu’Eric Kania a accepté. La voici.

L’UHSA est pensée pour accueillir en hospitalisation à temps complet des patients détenus qui souffrent de troubles sévères

On voit les prises en charge s’améliorer et se diversifier, tout cela grâce à l’augmentation des moyens humains.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png