Témoignage

France : folles journées

Deux jours avec un médecin psychiatre à la prison des Baumettes

Que peut la prison pour les personnes qui présentent des troubles psychiques ? Les services médico-psychologiques régionaux (SMPR) peuvent, depuis 1986, assurer une hospitalisation de jour pour les personnes détenues qui nécessitent une attention particulière. Les SMPR, présents dans 26 des établissements pénitentiaires français, répondent à de nombreux besoins : dépistage des troubles, soins médico-psychologiques, prévention.
Eric Kania est, depuis plus de 20 ans, médecin psychiatre au centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille. Il a écrit à Prison Insider à la suite de la publication du dossier L’enfermement à la folie pour apporter des précisions ainsi que son point de vue. Prison Insider lui a proposé une interview, à retrouver ici.

Il nous raconte, en parallèle, son quotidien au SMPR des Baumettes.


J’arrive généralement au SMPR à 8h et termine à 18h30. Les journées sont toutes plus ou moins prévisibles, même s’il existe évidemment des exceptions. En temps normal, nous sommes une équipe de huit psychiatres, dont six praticiens hospitaliers à temps complet et deux à temps partiel. Je suis moi-même à 40 %. Il y a, depuis des années, près de quatre postes vacants. Nous sommes, en ce moment, dans une période un peu exceptionnelle : sur notre équipe de huit médecins psychiatres, une est en congé maternité, un a la Covid et deux sont en vacances. Nous n’étions par exemple que quatre jeudi dernier, et deux le vendredi. Nous n’arrêtons pas de la journée !

Je participe ensuite à une réunion dite “RETEX J-30", pendant environ deux heures. C’est la première fois que j’assiste à ce type de réunion. C’est très impressionnant.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png