Autre regard Focus

Au Venezuela, les femmes comptent pour 5,8 % de la population carcérale. Aucune prison ne pratique la séparation entre les prévenues et les condamnées. Ana Maria Arévalo Gosen développe le projet Días Eternos qui explore les conditions de détentions des femmes incarcérées en Amérique latine. Elle nous décrit l’une de ses images.

portraitanamariaarevalo.jpg

Ana María Arévalo Gosen

Photographe documentaire

Ana María Arévalo Gosen est une photographe vénézuélienne âgée de 33 ans. Elle a étudié les sciences politiques et le journalisme à l’Université de Toulouse et la photographie à l’ETPA Toulouse. Elle travaille ensuite à Hambourg, où elle vivra cinq ans, pour SZENE, une revue allemande. Elle vit aujourd’hui à Bilbao et mène plusieurs projets en Amérique latine.

Ana María Arévalo Gosen travaille pour National Geographic et est membre du Pulitzer Center in Crisis Reporting et du collectif de femmes photographes Ayun Fotógrafas. En 2022, elle est lauréate du prix Leica Oskar Barnack et du prix Camille Lepage, qui viennent récompenser son projet Días Eternos, un travail sur les conditions d’existence des femmes détenues, condamnées et prévenues, dans les prisons d’Amérique latine. Le projet, lancé en 2017 au Venezuela, s’est poursuivi en 2021 au Salvador et continue aujourd’hui au Guatemala.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png