Actualité

Russie : un lanceur d’alerte dénonce un système de viols organisés en prison

Vladimir Ossetchkine, réfugié en France, a obtenu d’un ancien détenu 40 gigaoctets de vidéos montrant des violences commises à la demande de l’administration pénitentiaire. // Attention : cet article traite de faits violents. //

Des images de tortures et de viols commis dans une prison russe, publiées depuis lundi 4 octobre par un lanceur d’alerte, suscitent une émotion importante en Russie et, fait rare, une réaction des autorités.Le défenseur des droits de l’homme Vladimir Ossetchkine – réfugié en France, d’où il continue de diriger Gulagu.net, une ONG spécialisée dans la défense des prisonniers et la dénonciation des crimes commis en prison – dit détenir mille vidéos documentant des cas de violences, tournées pour l’essentiel dans la prison-hôpital pour tuberculeux de la région de Saratov.

La première d’entre elles, datée du 18 février 2020, montre un détenu bras et jambes liés hurler de douleur pendant qu’il se fait violer avec une perche. Un autre homme tient la victime, pendant qu’un troisième filme la scène, non pas avec un simple téléphone portable mais avec le matériel vidéo de l’administration pénitentiaire.

De fait, ce scandale est bien plus gros que les nombreux cas de tortures dénoncés depuis des années par les organisations de défense des droits de l’homme, ou traités par la justice. “C’est la première fois qu’on a autant d’informations d’un coup, et provenant directement de l’administration”, note Vladimir Ossetchkine, qui assure que les 40 gigaoctets (Go) de données documentent environ 500 cas de violences, dont une quarantaine de viols.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png