Actualité

France : un quartier pour radicalisés dans la prison de Condé-sur-Sarthe

Un nouveau quartier de prévention de la radicalisation (QPR) ouvre ses portes ce lundi 24 septembre dans la prison de Condé-sur-Sarthe. Un quartier spécialement conçu pour accueillir les détenus reconnus coupables de terrorisme, avec pour objectif de les isoler du reste de la population carcérale pour éviter les violences et le prosélytisme.

Le quartier de prévention de la radicalisation, le QPR, est conçu pour que ses détenus ne puissent absolument pas communiquer avec les autres prisonniers. Ses pensionnaires sont en effet condamnés pour terrorisme et, par l’ouverture de ce dispositif, le deuxième en France après celui de Lille-Annoeulin dans le Nord, l’administration pénitentiaire souhaite éviter tout risque de prosélytisme et de violence.

Concrètement, il s’agit d’une aile dédiée dans une prison déjà très sécurisée, celle de Condé-sur-Sarthe, dans l’agglomération d’Alençon. Douze détenus y résideront d’ici la fin de l’année. Et des investissements conséquents ont été menés pour pouvoir les accueillir : les portes des cellules individuelles sont équipées de passe-menottes pour éviter que les gardiens n’aient à ouvrir la cellule, fenêtres en caillebotis, promenade sans espaces verts pour éviter les incidents avec de l’outillage ou que des objets y soient cachés.

Objectif réinsertion

Mais l’administration pénitentiaire insiste : l’argent dépensé dans les QPR ne sert pas qu’à assurer la sécurité. Enseignants, conseillers d’insertion, psychologues, éducateurs font également partie du dispositif. Leur but est de préparer, avant tout, la sortie de prison et la réinsertion. C’est pour cette raison que seuls y sont affectés les condamnés dont l’administration juge qu’ils ont le potentiel pour se sortir de la radicalisation.

Lire l’article entier

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png