Actualité

France : à Guéret, les détenus, moins nombreux qu'avant, retrouvent parloirs et activités

Le nombre de détenus a fondu pendant le confinement : ils sont aujourd'hui 31 pour 32 places. La vie reprend doucement son cours : les parloirs, l'atelier et le centre scolaire ont rouvert, mais pas la salle de sport.

La prison de Guéret n’est plus surpeuplée : c’est l’une des conséquences de l’épidémie de Covid-19. Avant le confinement, il y avait une quarantaine de détenus pour 32 places. Ils sont aujourd’hui 31, soit un taux d’occupation de quasiment 100%. Cette baisse s’explique par la diminution importante du nombre d’écrous, et la libération de plusieurs détenus grâce à des remises de peine ou des aménagements de peine, détaille David Bonfils, le tout nouveau chef d’établissement de la maison d’arrêt de Guéret, arrivé en avril.

La baisse de la population carcérale a permis de diminuer les tensions, selon le chef d’établissement : “Avant le confinement, les détenus étaient quasiment tous deux par cellule ; durant l’épidémie plusieurs se sont retrouvés seuls. Ça a permis d’avoir une détention relativement calme pendant cette période.”

Les parloirs ont rouvert début juin

Ces détenus retrouvent progressivement la vie d’avant. Pendant de longues semaines, ils n’ont eu accès qu’à la bibliothèque et la promenade. Depuis le 2 juin, les parloirs ont rouvert, dans le respect de règles sanitaires. Seul un visiteur à la fois est admis dans l’établissement, et ils doivent porter un masque au même titre que les détenus.

Le centre scolaire a rouvert lundi 8 juin, l’atelier a repris la semaine précédente. Les formations professionnelles devraient quant à elles reprendre dans une dizaine de jours. Pour le moment, les détenus sont privés de séances de musculation ; la salle de sport reste fermée en raison des contraintes sanitaires. “On attend le feu vert du ministère pour l’ouvrir”, justifie David Bonfils.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png