Autre regard

États-Unis : lire en prison a un coût

Chris Wilson est condamné, à 17 ans, à la prison à perpétuité réelle. Il élabore alors ce qu’il appelle un “master plan”, un programme dans lequel il expose la manière dont il va changer de vie et s’améliorer. Il le présente à sa juge qui lui indique qu’elle est prête à le libérer s’il en accomplit l’ensemble. Il purge 16 années avant d’être libéré.

La lecture est, selon lui, l’une des clefs qui explique sa trajectoire. Cette activité n’est pas gratuite en prison. Il publie une tribune à ce propos, dans USA Today. Nous la republions ici avec son accord.

La lecture est une porte ouverte sur l'éducation, sur n’importe quel sujet. Lire permet d'acquérir des compétences professionnelles. Lire rappelle aux laissés-pour-compte qu'un monde existe au-delà des barreaux.

Il n’y a pas 1 000 détenus comme nous en prison actuellement. Il n’y en a pas 10 000. Ils sont des centaines de milliers.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png