Actualité

Brésil : prisonnier la nuit, député le jour

Celso Jacob se lève tous les jours à cinq heures dans sa cellule de la prison de Papuda, près de la capitale Brasilia, et attend la voiture qui le conduit sur son lieu de travail: la Chambre des députés.

Si nombre de parlementaires au Brésil sont écroués ou sous enquête, le député Jacob vit une situation exceptionnelle.

Il a été condamné à sept ans de réclusion dans un régime de semi-liberté qui lui permet de voter les lois, participer aux débats et apporter son soutien à la coalition gouvernementale du président Michel Temer.

Mais le soir et le week-end, il est confiné entre les quatre murs de sa cellule qu’il partage avec deux autres prisonniers dans la prison de Papuda, sans régime de faveur.

“Ceux qui me connaissent, et dans ma ville ils me connaissent bien, souffrent avec moi”, dit-il à l’AFP lors d’un entretien dans son bureau à la Chambre des députés. “Et ceux qui ne me connaissent pas pensent que je suis un voleur de plus, un autre qui a détourné (des fonds publics). Il est difficile de séparer le bon grain de l’ivraie”.

“Les gens disent: “Ah, un prisonnier qui travaille!””, ajoute cet homme anxieux et intarissable qui ne souhaite pas être filmé au sein du parlement. “Je me défends. Je peux inverser le cours des choses”, assure-t-il.

A 60 ans, Celso Jacob avait atteint le faîte de sa carrière politique. Après deux mandats de suppléant, il était devenu député le 1er janvier dernier. Une promotion obtenue grâce à un jeu de chaises musicales, après la destitution d’Eduardo Cunha, ex-président de la Chambre, qui purge aujourd’hui une peine de 15 ans de prison pour corruption.

Mais le 6 juin a été un jour funeste pour Celso Jacob: il a été arrêté à l’aéroport de Brasilia. La Cour suprême venait de confirmer sa condamnation pour avoir falsifié en 2002 une loi et décrété l’état d’urgence dans la ville de Tres Rios dont il était le maire, dans l’Etat de Rio de Janeiro, afin de faire construire une crèche sans lancer d’appel d’offre.

M. Jacob reconnaît des erreurs “techniques” et dit avoir été mal conseillé. “Dans les milieux juridiques, il y a une grande perplexité au sujet de cette condamnation”, assure cet économiste de formation spécialisé en éducation.

Read full article

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png