Actualité

Algérie : des condamnés à mort se révoltent à la prison de Lambèse

Des dizaines de condamnés à mort détenus à la prison de Lambèse-Tazoult, dans la wilaya de Batna, au Nord-est de l’Algérie, se sont révoltés la semaine dernière. Ils ont dénoncé les mesures de la grâce présidentielle qui n’a pas concerné leur catégorie, rapporte le journal arabophone Echourouk.

Selon le même média, entre 30 et 40 condamnés à mort incarcérés à la prison en question sont montés, dans la soirée de mardi dernier, sur le toit d’une bâtisse de l’établissement carcéral, refusant de regagner leurs cellules.

Les détenus demandaient à bénéficier de la grâce présidentielle décidée par Abdelmadjid Tebboune, la semaine dernière. Les surveillants de la prison ont tenté dans un premier temps de calmer les détenus protestataires et de les convaincre de rejoindre leurs cellules. Face à leur refus, ils ont dû recourir à la force pour rétablir l’ordre dans l’établissement pénitentiaire.

La grâce présidentielle ne concerne pas les condamnés à mort

Pour rappel, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a signé le 2 février dernier un décret portant la grâce présidentielle de prisonniers condamnés définitivement. Celui-ci ne toucherait que les prisonniers dont la peine qui reste à purger est entre 8 et 10 mois. Cette décision du Chef de l’Etat ne concerne donc pas la commutation de la peine de mort à la perpétuité et la perpétuité à 20 ans de réclusion.

Par ailleurs, cette grâce exclut les personnes impliquées dans des affaires de drogue, de terrorisme, de corruption, de transfert illicite de fonds, de contrebande, de viol, de parricide et d’infanticide. Il faut signaler que cette grâce présidentielle est la première à être décidée en dehors des dates-symboles inhérentes à l’histoire l’Algérie.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png