Interview

Tunisie : réformes des prisons sous influence internationale

Le pays connaît, depuis 2011, de nombreuses transformations. Parmi elles, une réforme vise le système pénitentiaire.

Le peuple tunisien manifeste massivement, au début de l’année 2011, pour exiger la fin du régime dictatorial de Zine el-Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 1987. Cette révolution entraîne des soulèvements en faveur de la démocratie dans plusieurs pays voisins : Égypte, Libye, Syrie… Ce “printemps arabe” laisse la région encore agitée par ces bouleversements. La Tunisie apparaît comme le seul pays parvenu à instaurer un régime démocratique, malgré tout encore instable.
Des acteurs de la communauté internationale accompagnent le renforcement de l’Etat de droit, de la sécurité et de l’économie. Le secteur de la justice et de la prison fait l’objet de réformes, notamment en Tunisie, ce qui en fait un cas d’étude.

Yasmine Bouagga, sociologue, conduit de nombreux travaux sur la prison. Ses dernières recherches concernent la circulation des normes et les processus de réforme. Elle s’est récemment intéressée aux évolutions du système pénitentiaire tunisien. Prison Insider lui pose trois questions.

Les émeutes qui ont conduit à la chute de Ben Ali ont été suivies par des mutineries dans les prisons.

Les puissances étatiques exercent une influence dans différentes régions du monde. C'est un enjeu symbolique.

La multiplicité des interventions a néanmoins conduit à une certaine cacophonie

biblio.png
À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png