Interview

France : surveillance sans discernement

Comment la lutte contre le terrorisme occupe-t-elle une place dans les prisons françaises ?

Le système pénitentiaire compte sept quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER) à ce jour. Six sont en service et le dernier ouvrira la semaine prochaine au sein de l’établissement de Vendin-le-Vieil. Ces QER visent à évaluer puis orienter les personnes détenues dites radicalisées ou susceptibles de l’être. Ces personnes sont actuellement au nombre de 1 500. Qui les évalue ? Que permet leur évaluation, durant quelques semaines dans un QER ? Comment ces structures fonctionnent-elles ?

David Scheer est criminologue. Il a récemment participé à une enquête sociologique sur les quartiers d’évaluation de la radicalisation dans les prisons françaises, avec Gilles Chantraine et Marie-Aude Depuiset. Prison Insider lui pose trois questions.

Il s’agit, en quelque sorte, de gares de triage et d’orientation

Je ne dis pas qu’il n’y a pas des personnes dangereuses, je dis simplement qu’il y a une forme de renversement du principe de présomption d’innocence auquel il faut être attentif

Ces éléments constituent autant d’illustrations d’un dispositif d’urgence, voire de panique, qui peine à penser sereinement ses bonnes pratiques.

D'autres interviews

++

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png