Interview

France : "changer de recette"

La surpopulation carcérale française peut-elle être résolue ?

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) condamne la France, le 30 janvier 2020, en raison des conditions matérielles dans ses prisons et de traitements inhumains et dégradants. La CEDH demande à la France de résoudre ce problème structurel et d’adopter des “mesures générales visant à supprimer le surpeuplement et à améliorer les conditions matérielles de détention”.
La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) est une institution nationale indépendante qui promeut le respect des droits humains. Deux ans après la condamnation de la France, elle adopte un avis sur l’effectivité des droits fondamentaux en prison1.
Arnaud Gaillard est sociologue. Il est membre du conseil d’administration de la section française de l’Observatoire international des prisons depuis 2014. Il siège à la CNCDH depuis 2019. Il est co-rapporteur de cet avis. Prison Insider lui a posé trois questions.


  1. Avis sur l’effectivité des droits fondamentaux en prison du constat aux remèdes pour réduire la surpopulation carcérale et le recours à l’enfermement, à consulter ici

Les autorités ont décidé de désengorger les prisons pour des raisons sanitaires. Cette situation exceptionnelle n’aura été qu’une courte oasis

En France, quelle que soit la jauge réelle des établissements pénitentiaires, la surpopulation est une réalité qu’aucune politique publique ne parvient à corriger.

La France fait figure de mauvais élève, mais ce n’est pas une fatalité.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png