Interview

Belgique : papa ou maman en prison

Chaque année, 20 000 enfants voient l’un ou leurs deux parents incarcérés. Comment assurer le maintien du lien familial ?

L’incarcération sépare des familles. Des enfants se retrouvent sans contact avec leur parent, un père dans 95 % des cas. Les droits de l’enfant prévoient que l’enfant puisse vivre une vie de famille même si l’un de ses parents est détenu. Le Relais enfants-parents (REP) vient rendre possible l’exercice de ce droit. L’association, indépendante de l’administration pénitentiaire, supervise des visites, collectives et individuelles en prison, dans le but de maintenir un lien familial.

Maurice Jansen est le directeur de la partie francophone de l’association. Il organise les actions dans une dizaine d’établissements pénitentiaires. Prison Insider lui pose trois questions.

Le REP a développé le “tri-lieu” un endroit plus calme, cherchant à recréer un environnement familial et surtout, non carcéral.

L’environnement carcéral et les règles inhérentes à celui-ci ne permettent pas d’avoir des rapports normaux. Par contre, il est possible de faire en sorte de maintenir un lien normal.

Nous organisons des groupes de paroles pour qu’elles puissent aborder leurs inquiétudes, leurs envies, leur condition de mère et de détenue.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png