eric_pedersen_torales_558926_unsplash.jpg

Japon : temps figé, jours sans fin

– Publié le 9 janvier 2019

// Série "un jour en prison" (4)

En prison aussi, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Les conditions de détention, le rythme des journées, la possibilité de recevoir des visites, un traitement médical, la nourriture, ou encore l'accès au droit à la défense, varient considérablement d'une prison à une autre, d'un pays à l'autre. Prison Insider publie les témoignages de personnes qui vivent ou ont vécu en prison et peuvent partager leur expérience. Cette série de témoignages "Un jour en prison" met en mots les différentes réalités de l'enfermement dans le monde.

Geoffrey est britannique. Il est incarcéré à la prison d'Osaka, au Japon. Il a 61 ans et y est emprisonné depuis 2010. Il raconte, pour Prison Insider, une journée en prison. Mais pas n'importe quel jour: les week-ends et jours fériés, lorsque le temps semble s'être arrêté. Temps figé et jour sans fin: récit.

— En partenariat avec Prisoners Abroad (pour plus d'informations, voir plus bas).

En tant qu'étranger, durant les week-ends, je suis placé à l’isolement total

JE SUIS INCARCÉRÉ dans cet endroit lugubre depuis novembre 2013. Cette période de presque cinq ans peut facilement être décrite comme un enfer ou de la torture, lorsque définie comme "tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne"1

Depuis mon arrestation en 2010, j'ai accumulé huit années d’expérience de l’enfermement et connu différents lieux de détention.
Tout d'abord, j'aimerais expliquer pourquoi je distingue les week-ends et jours fériés des jours de travail ordinaires. En tant qu'étranger, durant les week-ends, je suis placé à l’isolement total. Cela arrive au moins deux fois par mois, à partir de 16h le jeudi jusqu'à 7h30 le lundi; soit une durée de 63h30.

Imaginez : la pièce fait quatre mètres par un mètre 65. Elle contient :
• un lit (un tatami dans un cadre métallique) ;
• une table et un bureau de 80 centimètres par 60 ;
• un lavabo avec un accès uniquement à l’eau froide ;
• des toilettes “à l'européenne” de 70 centimètres par 35 ;
• un placard à roulettes de 47 centimètres par 44 ;
• une valise pour ranger mes effets personnels et mes vêtements de rechange ;
• une chaise
• une télé
• divers seaux, bassines et ustensiles de ménage.

L'espace libre au sol est presque insignifiant. Il y a une fenêtre assez grande d’environ un mètre par un mètre. Une moitié coulisse pour s'ouvrir, mais la vue est loin d'apporter la moindre forme d'inspiration.


  1. Article 1 de la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. 

Les montres et les horloges ne sont pas autorisées.

Aux confins de l’isolement

La communication avec les autres détenus, de quelque manière que ce soit, est strictement interdite. La moindre transgression conduit à 20 jours de placement au quartier disciplinaire. Les week-ends et vacances sont l'archétype même de la souffrance mentale... isolé, seul, personne à qui parler ou fréquenter, et très peu à faire pour soulager l'ennui.

Les activités autorisées dans les confins de cet isolement extrême sont elles aussi rigoureusement définies et contrôlées par les règles officielles. Toute transgression, même mineure ou sans importance, donne lieu à des punitions et des placements au mitard (la cellule de punition, appelée 'shobatsu' en japonais). Les activités sont imposées et organisées avec une précision et un déroulement militaires. Chaque début et chaque fin d’activité sont signalés par les cris d’un officier, ou annoncés via un système radiophonique. Voici l’emploi du temps distribué par les autorités à la prison d’Osaka. Les montres et les horloges ne sont pas autorisées.

  • 7h10 — Sonnerie du réveil (via les hauts-parleurs)
  • 7h10-20 — Toilette/ménage
  • 7h20 — Décompte des prisonniers
  • 7h30-40 — Petit-déjeuner
  • 12h00-30 — Pause déjeuner
  • 13h00-14h45 — Sieste (optionnelle)
  • 16h10 — Dîner
  • 16h50 — Décompte des prisonniers
  • 18h00 — Coucher (autorisation de s’allonger ou s’asseoir sur le lit)
  • 21h00 — Extinction des feux

Tout l’emploi du temps n’est pas précisé. En général, bien qu'il y ait des exceptions, la radio (une ou deux stations seulement) est disponible de 7h40 à 9h00 et de 15h00 à 19h00. La télé propose un choix de trois chaînes de 9h00 à 11h00 et de 19h00 à 21h00. L'exercice physique est possible dans l’espace libre de la cellule (très limité) lors de deux créneaux de 20 minutes : à 8h30 et 15h00. Le reste du temps, tout exercice est interdit.

Les activités ont récemment été restreintes, par le retrait des crayons de couleurs aux prisonniers

L'ennui est l'ennemi perpétuel

Les repas sont servis via une trappe d'accès, exactement à l'heure indiquée, et sont en général plutôt acceptables, bien qu'un peu étranges pour un palais occidental. Le menu standard contient toujours du riz - pas du riz ordinaire, mais une autre variété, appelée "riz d'orge". Il est possible de le remplacer par du pain, pour les étrangers. Il faut en faire la demande lors des deux premières semaines de détention. Cela sera remplacé à tous les repas suivants.

Il est stupéfiant de constater un tel manque d’activités lors des jours fériés. Les seules qui sont autorisées sont lire et écrire des lettres. L'ennui est l'ennemi perpétuel. Il est exacerbé par l'isolement cellulaire, vigoureusement imposé. Puisqu'il n'y a pas de communication ou de possibilité de se réunir entre prisonniers étrangers, il n'y a pas d’autre fond sonore que celui produit par les radios et les télés, lorsqu'elles sont en fonctionnement.

De l'extinction des feux jusqu’au réveil le lendemain, toute activité, à l'exception d'aller aux toilettes, est strictement interdite. Une veilleuse d’environ 100W reste allumée toute la nuit. L’atmosphère générale qui règne dans le quartier dédié à la détention des étrangers est celle du ressentiment et de la frustration.

Le placement à l’isolement signifie aussi la suppression des douches. Un unique créneau de 20 minutes est accordé si le nombre de jours chômés cumulés excède cinq. C’est le cas lors du nouvel an, ou lors du récent festival "O-Bon" (du 10 au 15 août 2018 : six jours complets). Il est interdit de parler.
Les activités ont récemment été restreintes, par le retrait des crayons de couleurs aux prisonniers. L’expression artistique se limite désormais aux dessins réalisés au stylo et crayon de papier... mais le papier à dessin n'est pas autorisé. S’il nous prend l’envie d’envoyer un dessin par courrier, celui-ci doit être réalisé, pour une raison obscure, sur la face lignée du papier à lettre.

Voici à quoi ressemble un jour chômé : les besoins basiques des êtres humains sont bafoués, et les traitements sont cruels. En général, les sociétés civilisées considèrent que de tels traitements s'apparentent à de la torture, uniquement dévolus aux circonstances les plus extrêmes. Le Japon les réserve quotidiennement à ses prisonniers, et particulièrement aux détenus étrangers.


— Commentaire final, par Geoffrey

Ces traitements, par conséquent, violeraient certainement les articles de la Convention contre la torture, l'article 5 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et l'article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, tous signés ou ratifiés par le Japon. Cependant, il n'existe aucune organisation opérant au Japon qui soit disposée à examiner ces violations. Fait intéressant, mais consternant, la "Loi prison" est restée inchangée de 1908 à mai 2006 (presque 100 ans!). La réforme mise en œuvre en juin 2007 ne prend pas en compte les dispositions des traités internationaux.
Il nous faut nous poser la question suivante: pourquoi ?...la suite au prochain épisode !

pa_square.jpg

Prisoners Abroad

Droits humains et soutien aux prisonniers

Prisoners Abroad fournit une aide humanitaire, des conseils et un soutien aux personnes détenues à l'étranger. L'organisation vient en aide aux citoyens britanniques durant leur incarcération et lors de leur retour au Royaume-Uni. Prisoners Abroad soutient également leur famille et amis tout au long de cette épreuve.

Leur site internet

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png