La sexualité en prison de femmes

identite_.jpg

Myriam Joël

Docteure en sociologie

Myriam Joël est docteure en sociologie. Ses recherches de master consacrées aux femmes détenues l’ont conduite à mener une thèse sur la sexualité en prison de femmes. Celle-ci a été soutenue en 2012 à l’Université Paris Ouest.
Après une brève étude post-doctorale sur le cancer au cours de laquelle elle avait intégré une équipe pluridisciplinaire, elle termine actuellement une recherche à l’INED (Institut National d’Etudes Démographiques), financée par Sidaction, et qui porte sur la question de la prévention et la réduction des risques en prison et à la sortie.

Ses travaux se situent à la croisée des champs de la prison, de la sexualité et de la santé.

Ils se caractérisent par une perspective compréhensive, c’est-à-dire le souci de donner la parole aux différentes catégories d’acteurs des situations étudiées – personnes détenues et professionnels – afin de comprendre leur point de vue. Néanmoins, ils ne s’inscrivent dans aucun type d’engagement militant ou idéologique.
Une attention particulière est portée aux dimensions temporelle (suivi des acteurs sur de nombreux mois ou années et travail par récit de vie) et spatiale (intérêt aux divers espaces dans lesquels évoluent ces acteurs et aux relations qui s’y tiennent).

Le caractère sexuel de certaines situations est mis en abstraction par les acteurs carcéraux : ils le diluent dans d’autres problématiques présentées comme prépondérantes.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png