Études comparées

L’Institute for Crime & Justice Policy Research (ICPR) a collaboré avec Prison Insider pour éclairer les aspects saillants de ses recherches. Découvrez le projet.

Le monde connait, au cours des dernières décennies, une croissance sans précédent du nombre de personnes détenues. Plus de 11 millions de prisonniers sont incarcérés à travers le monde, dont un tiers en détention provisoire ou en attente d’une condamnation définitive. Cette augmentation ne s’accompagne pas d’une augmentation proportionnelle des moyens accordés aux systèmes pénitentiaires. Les prisons du monde sont en crise. La plupart des pays comptent plus de prisonniers que de places, avec pour conséquences surpopulation, promiscuité et conditions de détention difficiles.

ICPR a lancé, en 2017, une étude sur le recours à l’emprisonnement à travers le monde, en concentrant ses efforts sur dix pays répartis sur cinq continents : Kenya, Afrique du Sud, Brésil, États-Unis, Inde, Thaïlande, Angleterre et Pays de Galles, Hongrie, Pays-Bas et Australie.

L’objectif : en tirer des leçons généralisables sur les moyens de réduire le recours à l’emprisonnement. L’institut a analysé les tendances récentes dans la population carcérale de chacun de ces pays et les facteurs déterminants de ces tendances. Il a examiné les conséquences sanitaires de l’emprisonnement et la façon dont la surpopulation aggrave la maladie, une question encore plus pressante à l’heure de la Covid-19.

Tout au long du projet, construit en conjuguant analyse juridique, analyse politique et entretiens avec des personnes détenues ou ex-détenues, avocats pénalistes et autres professionnels, ICPR s’est penché, dans chacun de ces dix pays, sur :

  • Les tendances de l’incarcération

  • Les condamnations

  • La justice avant procès

  • La santé en prison

  • La Covid-19 en prison

Catherine Heard, Directrice du World Prison Research Programme, explique les différentes thématiques du projet “Comprendre et réduire le recours à l’incarcération”.

Le projet

Ce projet de recherche comparée et d’orientation politique a été mené par l’Institute for Crime & Justice Policy Research (ICPR), basé à Birkbeck (université de Londres). Ce travail a conduit ICPR à mobiliser de nombreuses organisations, personnes issues du milieu universitaire et intervenant en détention dans différents pays. Le croisement de ces regards permet d’entrevoir les causes et conséquences d’un recours excessif à l’incarcération. Au cours des dernières étapes de sa recherche, ICPR a collaboré avec Prison Insider pour rendre compte du quotidien des personnes détenues avant et durant l’épidémie de Covid-19. Des personnes à l’expertise avérée ont été ensuite sollicitées pour donner vie et matière aux principaux points soulevés par la recherche.

Ses résultats embrassent cinq grand thèmes, accessibles depuis le menu déroulant.

Toutes les informations ici publiées sont de la seule responsabilité d’ICPR. Elles sont également disponibles ici.

pretrial_icpr.jpg

logoicpr.jpg

Institute for Crime & Justice Policy Research (ICPR)

BIRKBECK, UNIVERSITY OF LONDON

L’Institute for Crime & Justice Policy Research (ICPR) est basé à la faculté de droit de Birkbeck, université de Londres, un centre de recherche et d’études juridiques de niveau mondial. ICPR conduit des recherches sur la justice fondées sur des bases académiques et d’orientation politique. Il produit des travaux indépendants, objectifs et de haute qualité technique, sur un éventail de thèmes comprenant le maintien de l’ordre, les processus judiciaires, les prisons et le recours à l’emprisonnement.

Toutes les informations publiées ici ont été produites par ICPR.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png