cla_4610.jpeg

Suisse : un jour en prison

Publié le 25 mai 2018.

En prison, les jours se succèdent mais ne sont pas toujours identiques. Les conditions de détention, le rythme des journées, la possibilité de recevoir des visites, un traitement médical, la nourriture, ou encore l'accès au droit à la défense, varient considérablement d'une prison à une autre, d'un pays à l'autre.
Prison Insider publie les témoignages de personnes qui vivent ou ont vécu en prison et peuvent partager leur expérience. Cette série de témoignages "Un jour en prison" met en mots les différentes réalités de l'enfermement dans le monde.

Inma est incarcérée dans la prison de Champ-Dollon en Suisse. Elle raconte la ritournelle d'un jour passé en détention.


PAS BESOIN de régler ma télévision en mode réveil pour me réveiller chaque matin; mon horloge biologique le fait naturellement. Aujourd’hui, cela fait 11 mois que je suis en prison, c’est assez pour que des habitudes se mettent en place.

A vrai dire, nous sommes des privilégiées en ce qui concerne le petit déjeuner car, comme nous travaillons, nous avons de l’argent pour acheter du bon café

Préparer le petit-déjeuner

J’ouvre les yeux, il doit être 6:50, je reste dans mon lit jusqu’au retentissement du coup de sifflet qui signale l’ouverture de la porte de sécurité qui ferme et isole la cellule. A ce bruit, je sors de mon lit pour vider les thermos d’eau chaude et les re-remplir avec de l’eau encore plus chaude afin de préparer le petit déjeuner.
En général, la veille lors du repas on reçoit un sachet de café, un autre de Nesquick, une portion individuelle de margarine et de confiture. C’est avec cela et le pain qu’on n’a pas mangé la veille que l’on peut préparer son petit déjeuner.

A 7 heures piles, la gardienne ouvre la porte et crie “l’eau chaude”, je sors alors avec les deux thermos, le mien et celui de ma camarade, pour chercher de l’eau chaude afin de préparer notre petit déjeuner. A vrai dire, nous sommes des privilégiées en ce qui concerne le petit déjeuner car, comme nous travaillons, nous avons de l’argent pour acheter du bon café, du bon thé, des biscotes, du beurre, des œufs durs, un peu de fruits, etc. Mais nous devons le payer nous-même. Comme on ne nous donne pas de sucre, nous en achetons toujours quelques sachets pour les offrir aux filles qui viennent d’arriver.

Au début j’ai eu beaucoup de mal à me faire aux horaires, mais après un an ici, j’y suis maintenant habituée

Et c’est comme ça tous les jours.

Après l‘eau chaude, c’est le passage du Chef d’unité qui vient pour les “demandes”, nous devons alors lui indiquer tout ce dont nous avons besoin; par exemple, du papier toilette, des formulaires, du papier et des enveloppes, du fil et une aiguille, le vélo. Je demande le vélo tous les jours pour faire un peu de sport… parce que nous avons de moins en moins de travail à l’étage des femmes (Champ Dollon est une prison pour hommes). Il existe des ateliers pour faire de la couture, du dessin, de la lecture, fabriquer des bracelets: ce n’est pas un travail proprement dit, nous recevons 16CHF par jour pour notre participation, soit environ 300CHF par mois, mais il est vrai que depuis le mois de novembre beaucoup de gardiennes tombent “malades”. Elles sont en quelque sorte en grève contre le fait qu’on leur ait retiré une partie de leur salaire, mais les plus affectées c’est nous, les prisonniers, car le manque de gardiennes pour surveiller les ateliers implique que nous restions 23 heures dans nos cellules si on retire l’heure de la promenade de 16:00.
On déjeune à 11:00.
On dîne à 17:00.
Au début j’ai eu beaucoup de mal à me faire aux horaires, mais après un an ici, j’y suis maintenant habituée.

La nourriture est de qualité acceptable, bien qu’il y ait peu de fruits et légumes. Tous est cuit et recuit et “recyclé”.

La journée, lorsque nous n’allons pas aux ateliers, j’écris (je travaille sur un recueil de poèmes), je peins de l’aquarelle ou des mandalas… Après le repas de 11 heures, j’essaye de faire une petite sieste et je m’endors en lisant. Ensuite, on a une petite heure de promenade dans la cour. En remontant de la cour, le dîner est servi et suivi d’un peu de télé et de lecture.
Et c’est comme ça tous les jours.


Inma, pour Prison Insider

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png