prisoninsider4.png

États-Unis : tourner en rond

– Publié le 30 août 2018

// Série "un jour en prison" (3)

En prison aussi, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Les conditions de détention, le rythme des journées, la possibilité de recevoir des visites, un traitement médical, la nourriture, ou encore l'accès au droit à la défense, varient considérablement d'une prison à une autre, d'un pays à l'autre.
Prison Insider publie les témoignages de personnes qui vivent ou ont vécu en prison et peuvent partager leur expérience. Cette série de témoignages "Un jour en prison" met en mots les différentes réalités de l'enfermement dans le monde.

Nate reçoit, alors qu'il n'a que 22 ans, une condamnation à perpétuité. Il est actuellement incarcéré dans un établissement de sécurité maximale dans le Wisconsin, un État du Midwest des Etats-Unis. Il purge sa vingt-et-unième année de prison, et sera en capacité de demander un aménagement de peine à l’âge de 72 ans.
Il raconte, pour Prison Insider, une journée passée en prison.

Nous avons droit à deux promenades de 75 minutes par semaine, dans une cage de 6m2

Les règles de vie sont très contraignantes.

  • Nous ne sommes pas autorisés à :
    Recevoir des visites de la part de notre famille ou d’amis en face-à-face. Les parloirs se déroulent par visioconférence, derrière un écran.
    Posséder la plupart des effets personnels autorisés chez les autres prisonniers (habits, rasoirs électriques, vitamines, nourriture, fournitures scolaires et artistiques).
    Avoir un tapis de yoga.
    Posséder des magazines à couverture rigide ou des livres brochés, même si les broches et la couverture sont retirées.
    Voir l’extérieur depuis notre cellule, où nous passons plus de 23 heures par jour.
    Choisir les personnes avec lesquelles nous allons en promenade.

  • Nous sommes autorisés à :
    Passer entre quatre et huit appels téléphoniques par mois. Je n’ai personne à appeler.
    Avoir deux ou trois parloirs par semaine. Je n’ai aucun visiteur.
    Deux promenades de 75 minutes par semaine, dans une cage de 6m2.
    Posséder une télévision de 13 pouces avec les chaines basiques.
    Utiliser un ordinateur mis à disposition par l’administration, deux fois par semaine, pendant 75 minutes. L’écran est placé derrière une vitre blindée.
    Suivre des cours par correspondance, si nous pouvons nous le permettre (les bourses et les prêts universitaires ne sont pas autorisés).
    Faire partie d’un groupe de méditation de pleine conscience, deux fois par semaine, dans lequel des Bouddhistes bénévoles viennent échanger sur nos vies et méditer avec nous. C’est le seul atelier véritablement utile disponible ici. On nous force à remplir de la paperasse à propos de programmes de réinsertion, pour parvenir à sortir de l’isolement…sauf qu’aucun n’a de rapport avec les raisons pour lesquelles nous y sommes placés. On essaie de nous endoctriner avec des préceptes conservateurs et chrétiens pour expliquer les raisons de notre présence en prison.

Je dois affronter, trois à quatre fois par semaine, les projections de gaz au poivre, utilisées pour mater les prisonniers

Un jour comme les autres

Se réveiller, être debout pour le comptage de 6h15. Prendre des antidépresseurs, recevoir un sac contenant le petit-déjeuner.
Regarder les infos.
Se préparer pour la promenade (se tenir prêt pour de potentielles bagarres, en fonction de qui descend dans la cour en même temps que moi). En juillet 2018, Quentin Thompson a poignardé Zachary Hayes au cours de la promenade. Ils étaient rivaux, le personnel pénitentiaire le savait. Ils ont malgré tout été placés dans la même cage.
Faire le ménage dans ma cellule, me détendre et lire. Prévoir mon programme de la journée.
Après la promenade, me laver, puis lire.
Déjeuner. Tous les repas sont glissés à l’intérieur de la cellule par le biais d’une trappe. Les portes sont en acier massif. Je reçois, deux fois par semaine, un fruit frais (habituellement une pomme ou une orange). Toute la viande est transformée (par exemple, des steaks hachés).
Après manger, je commence à écrire, dessiner, ou rédiger des documents légaux. Je poursuis ce que j’ai commencé. Un peu de yoga.
Je regarde Jeopardy 1. Je mange. Je lis des lettres si j’ai reçu du courrier.
Je regarde le journal télévisé sur PBS, parfois un film ou une émission.
Je tourne en rond, j’écoute la radio, j’écris ou dessine.
Il m’arrive de parler ou de raconter des blagues avec mes voisins de cellule. Parfois, l’un d’entre eux hurle des insultes, des menaces, essaie de rendre la vie dure aux autres.
Je dois affronter, trois à quatre fois par semaine, les projections de gaz au poivre, utilisées pour mater les prisonniers.
Chaque soir, je vais me coucher triste et seul, avec la douleur de l’arthrite, mais avec l’espoir que mes efforts finiront par améliorer la réalité.


  1. Jeopardy est un programme télévisé. 

Nate, pour Prison Insider.
Il est également l'auteur du dessin de sa cellule


Il est possible de lui écrire :

  • à l'adresse suivante :
    Nathaniel Allen Lindell #303724
    WSPF, 1101 Morrison Drive
    P.O. Box 1000
    Boscobel, Wisconsin
    53805
    United States of America

  • via sa page Facebook, administrée de l'extérieur.
À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png