— Publié le 31 octobre 2019.

C’est le pari réussi de Luis Parodi, directeur depuis sept ans de l’Unité 6 de la prison de Punta de Rieles, à Montevideo. Selon lui "la prison nie le débat, par conséquent elle nie la vie. Il y a des ordres absurdes tout le temps". Cette unité, qui tend à ressembler au monde extérieur, prend le contrepied des pratiques carcérales habituelles en s’opposant à la logique de la punition. Il s’agit pour son directeur d’humaniser le monde carcéral en promouvant le débat et en préparant les détenus à trouver une place par le travail, la création d’entreprise ou encore l’éducation. Nous l’avons rencontré.

Je me charge du respect absolu des personnes détenues comme non-détenues, et m’efforce de rendre cet espace semblable au monde extérieur.

Il n’y a pas d’avantages dans cette prison, il y a des droits. Aucun avantage. C’est juste ou c’est injuste. On a le droit ou on n’a pas le droit, c’est tout.