– Publié le 22 août 2018.

La Coupe du Monde est un écran de fumée : elle obstrue la sordide réalité des droits humains en Russie. L’occasion était trop belle pour purger toute opposition. Entre octobre 2017 et janvier 2018, plusieurs militants antifascistes et anarchistes sont arrêtés par les services secrets russes, accusés de vouloir fomenter des attentats pendant le Mondial.

Prison Insider rencontre Yana Teplitskaya, membre de la commission de contrôle publique des prisons de St Pétersbourg, à l’origine des dénonciations.

Sans mandat officiel, ils ont été interrogés dans des cellules mobiles, à l’abri des regards, et frappés à coups de bâton, tasés, pendus par les pieds et électrocutés sur les parties génitales.

Si les victimes restent dans l’ombre, c’est également le cas d’autres opposants d’extrême gauche. Ils préfèrent fuir le pays par peur de subir le même sort.