"Nous sommes malades mais nous ne pouvons pas avoir les médicaments parce qu’il n’y a aucun médecin pour la consultation"

— Publié le 6 mars 2019.

LES PERSONNES INCARCÉRÉES à la prison centrale de Makala sont malades. L’établissement compte 7 750 détenus et connaît une pénurie de médecins.
"Nous sommes malades mais nous ne pouvons pas avoir les médicaments parce qu’il n’y a aucun médecin pour la consultation", déclarent les prisonniers.

La fondation Bill Clinton pour la paix se dit "préoccupée" par des décès qui seraient "quotidiens" et imputables au sous-effectif des personnels médicaux et administratifs du centre de santé présent au sein de l’établissement.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png