Du théâtre hors les murs

Luca Giacomoni avait monté en 2015 un spectacle à partir d’un conte soufi, dont la chute amenait à la prison. Il rencontre Irène Muscari, coordinatrice culturelle au Centre pénitentiaire de Meaux, pour lui proposer de programmer le spectacle, ce qu’elle refuse. Par contre, ils vont échanger sur l’idée d’un projet spécifique qui traiterait du conflit, de la violence, du manque de respect, tout ce qui est source de tensions en prison.
Cette proposition a croisé immédiatement l’envie ancienne de Luca de travailler sur l’Iliade.
(photos Charlotte Gonzalez)

l_iliade_3.jpg
image
l_iliade_4.jpg
image
l_iliade_2.jpg
image
l_iliade_1.jpg
image
l_iliade_3.jpg
i
Légendes
Répétitions au centre pénitentiaire — Photos Charlotte González
l_iliade_4.jpg
i
Légendes
Répétitions au centre pénitentiaire — Photos Charlotte González
l_iliade_2.jpg
i
Légendes
Répétitions au centre pénitentiaire — Photos Charlotte González
l_iliade_1.jpg
i
Légendes
Répétitions au centre pénitentiaire — Photos Charlotte González
À retrouver dans
14

Depuis quelques années, j’entends autour de moi cette expression : nous sommes en guerre. Quel en est le sens ? Et surtout, le théâtre peut-il nous aider à comprendre les racines et la dynamique d’un conflit ?

Absurdité ou nécessité ?

Dès les premières rencontres avec des personnes détenues au Centre pénitentiaire, le metteur en scène Luca Giacomoni a instantanément eu le sentiment qu’ils incarnaient, par leurs visages, par leurs corps, les héros et les rois de l’Iliade d’Homère. La lecture du célèbre mythe grec permet de comprendre toute l’ambivalence contenue dans le mot guerre, un mouvement de bascule entre l’absurdité de tels gestes et leur nécessité.

La crainte d’un projet trop ambitieux a rapidement été balayée, et une première étape de travail a pu être présentée lors du festival Vis-à-Vis en janvier 2016. Toutes les relations ont été magnifiques, tant avec la direction de la détention que du SPIP, jusqu’aux surveillants, souvent dérangés par les projets artistiques bousculant les habitudes.
Luca découvrait l’objet prison, les rencontres ont été particulièrement fortes, ses principes de mise en scène épurée (pas de décor, simplement des chaises sur un plateau) ont été confrontés à un réel très puissant. Cela laissera des traces sur mon parcours de créateur, inévitablement, nous dit-il.


Nouvelles représentations au Théâtre de La Villette du 6 au 16 juin 2018.

En mai 2017, le Théâtre Paris-Villette a présenté une série théâtrale en 10 épisodes :

Le spectacle avait bénéficié d'une reprise exceptionnelle pendant trois jours en octobre 2017 à Mains d'Œuvres, 1 Rue Charles Garnier 93400 Saint-Ouen

luca.jpg

Luca Giacomoni

metteur en scène et directeur artistique de la Cie TRAMA

TRAMA - fr. TRAME, subst. fém. 1.Tiss. Ensemble des fils tendus sur le métier à tisser, et passant transversalement entre les fils de la chaîne, pour constituer un tissu. 2. Au fig. Ce qui constitue la structure, le fond ou l'enchaînement logique d'un récit, d'une œuvre littéraire ou cinématographique. 3. Vx. ou poét. Le cours de la vie.

Luca Giacomoni est metteur en scène et directeur artistique de la Cie TRAMA. Parallèlement à son cursus universitaire en Lettres et Philosophie (Université de Bologne, Italie), Luca étudie la danse et le théâtre.
Quelques années plus tard, il s’oriente vers la mise en scène et intègre l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris. Il complète sa formation avec Eugenio Barba et les acteurs de l’Odin Teatret sur le projet Università del Teatro Eurasiano. Pendant cinq ans il suit le travail de Gennadi Bogdanov, héritier de la biomécanique théâtrale de Meyerhold, jusqu’à la réalisation de Georges Dandin.
En 2009, il participe à un stage du Théâtre du Soleil. Suite à cela, Ariane Mnouchkine lui prête la salle de répétition à la Cartoucherie de Vincennes pour poursuivre le travail entamé. Plus de cent personnes se manifestent pour suivre l’atelier et forment un groupe de recherche international : c’est la naissance de la compagnie TRAMA.

Parallèlement aux productions théâtrales, l’action artistique de la compagnie s’oriente vers les écoles d'art, les maisons de retraite, les hôpitaux et les foyers d’accueil afin de créer un contact avec des publics différents et retrouver la source d’un théâtre vivant.
Il invite par la suite des artistes de renom comme Yoshi Oïda, Richard Schechner, Germana Giannini, Joëlle Bouvier ou Alain Maratrat qui viennent animer des sessions et préparer le groupe aux interventions.

Luca Giacomoni travaille actuellement à la création d'un lieu, à Paris, entièrement dédié à la narration et à l'art du récit.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png