actu_moyen_orient.png

Syrie : Washington accuse Assad d’avoir brûlé les corps de prisonniers pour cacher des exécutions de masse

Le réengagement des Etats-Unis en Syrie ne passera pas par un blanc-seing accordé au président syrien Bachar Al-Assad. Après l’avoir laissé entendre au mois de mars, l’administration américaine avait réaffirmé la nécessité du départ du président syrien à la suite d’un bombardement chimique, le 4 avril, imputé au régime contre le village de Khan Cheikhoun tenu par la rébellion. Un mois après avoir tiré des missiles de croisière en représailles contre une base aérienne de l’armée syrienne, l’administration de Donald Trump est passée de nouveau à l’offensive lundi 15 mai, en dénonçant les exécutions de masse dans l’une des prisons du régime, Saydnaya, où un "crématorium" aurait été mis en place.

Le secrétaire adjoint pour le Proche-Orient, Stuart Jones, a fait cette révélation au cours d’une conférence de presse au département d’Etat, à la veille d’un nouveau round de négociations intersyriennes à Genève. S’appuyant sur les informations déclassifiées, le diplomate américain a évoqué la modification d’un des bâtiments de la prison, à partir de 2013. Le "probable crématorium" ainsi signalé sur des photos satellites distribuées à la presse, serait, selon le diplomate, "une tentative pour dissimuler l’ampleur des assassinats" perpétrés à Saydnaya.

Mardi, le régime de Damas a catégoriquement démenti ces accusations, les qualifiant de "totalement infondées" et de "scénario hollywoodien". "Elles ne sont que le produit de l’imagination de cette administration [Trump] et de ses agents", a poursuivi le ministère de affaires étrangères dans un communiqué.

En février, l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International avait déjà accusé le régime syrien d’avoir pendu 13 000 personnes entre 2011 et 2015 dans cette même prison. Amnesty avait dénoncé une "politique d’extermination" constituant des "crimes de guerre et crimes contre l’humanité", sans cependant mentionner l’éventuelle présence d’un "crématorium".

Lire l'article entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png