actu_europe.png

Royaume-Uni : les prisons privées coûtent cher

Les entreprises privées gèrent, au Royaume-Uni, 14 des 141 établissements existants. La surveillance des prisonniers est l'un des nombreux services que le gouvernement délègue au secteur privé, avec la gestion des cantines, l’accès aux soins ou encore la collecte de la redevance télévisée.

Pas moins d'un tiers de l’ensemble des dépenses publiques du pays est versé à des entreprises qui assurent la sous-traitance d’un grand nombre d’administrations.

Et le modèle coûte cher : les prisons privées hébergent 15% de la population carcérale du pays mais représentent 23% du budget total alloué aux prisons 1. Quand ces entreprises rencontrent des difficultés, l’État est démuni. Ne pouvant abandonner ses écoles, ses prisons et ses hôpitaux, le voilà acculé à baisser ses exigences ou reprendre les contrats.

C'est d'ailleurs ce que l'État a du faire, en janvier, lors de la faillite de Carillion, avant qu'un autre leader du marché de la sous-traitance, Capita, n'annonce traverser d'immenses difficultés. L'État peut-il encore reposer sur ce modèle de "sous-traitance systématique" développé lors des années Thatcher ?

En savoir plus, dans l'article du Monde.


  1. 'We need control over our prisons - keep them public', We Own it, consulté en le 7 février 2018. 

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png