actu_europe.png

Royaume-Uni : A la prison de Birmingham, la faillite d’une gestion privée

Source - Le Parisien

Le gouvernement britannique a été obligé de renationaliser cet établissement pénitentiaire entièrement concédé à une entreprise privée.

C’est une reprise en main à l’issue incertaine. Début août, l’Angleterre effarée découvrait l’état déplorable dans lequel se trouvait la prison de Birmingham. Dans la foulée de deux inspections au bilan éloquent, cette maison d’arrêt, gérée par une société privée, était partiellement renationalisée. Une mesure radicale, et une première au Royaume-Uni, qui a relancé le débat sur la gestion publique/privée des établissements pénitentiaires.

Ces dernières semaines, la situation était encore loin d’être florissante. Interrogés par la BBC, des détenus libérés récemment décrivaient toujours un site infesté de cafards, des douches prises avec une eau saumâtre engendrant des infections, et un dénuement tel que les pages des livres à disposition des prisonniers finissaient en papier à cigarette.

Pourtant, d’après l’Association anglaise des officiers de prison (POA), citée par cette même BBC, les améliorations sont réelles. Trois cents détenus ont ainsi été orientés vers d’autres établissements, ramenant à 900 le nombre total de prisonniers. Dans le même temps, un nouveau gouverneur a été nommé, et une trentaine de surveillants supplémentaires embauchés, alors que deux d’entre eux, corrompus, étaient licenciés. Les cellules les plus dégradées font l’objet d’un nettoyage approfondi, et d’un "point régulier sur leur propreté". 1434 agressions en un an

C’est loin d’être un luxe, tant les contrôles d’août ont décrit une véritable cour des miracles. L’inspecteur en chef des prisons du Royaume, Peter Clarke, avait évoqué "la pire prison" qu’il ait visitée. Dans les parties communes : des traces de sang, de vomissures et des sols jonchés d’excréments de rats ou de blattes. Dans l’air, l’odeur tenace du cannabis avait frappé les contrôleurs, qui décrivaient une violence latente, une prison livrée aux gangs face à des gardiens quasi terrorisés.

En quelques semaines, sur sept détenus décédés, quatre l’avaient été du fait d’une ingestion de drogue. Au Royaume-Uni, et particulièrement derrière les barreaux, les cannabinoïdes de synthèse - "Spice" et autres "Black Mamba" - font en effet des ravages, comme l’ont montré plusieurs vidéos diffusées. Ils sont accessibles "même dans les quartiers d’isolement", relève le rapport de contrôle de Birmingham. De juillet 2017 à juillet 2018, l’établissement a par ailleurs enregistré 1434 agressions. Un record national. Renationalisation...provisoire

Pour les détracteurs de la privatisation, cette dégradation est née de la concession de la prison au groupe privé G4S en 2011, et s’est surtout accélérée ces 18 derniers mois. Rory Stewart, le ministre des prisons, reconnaissait ainsi que l’établissement ne parvenait pas à mettre en œuvre "un environnement sûr et décent." "Le constat est celui d’un échec cuisant, auquel s’est ajouté un laxisme dans le contrôle de l’exécution des contrats confiés à cette société", appuyait Peter Clarke, l’inspecteur en chef.

Pour autant, cette nationalisation est théoriquement provisoire, pour une durée d’au moins six mois. "Nous avons de bonnes prisons privées dans tout le pays", a plaidé le ministre, expliquant que Birmingham avait vocation, à terme, à rebasculer en gestion privée. Une perspective qui inquiète les syndicats de surveillants. "Si cette prison retourne aux mains de G4S, ce sera un bond en arrière, et le début d’une nouvelle spirale descendante", prévient Duncan Keys, secrétaire général adjoint de la POA.

Lire l'article entier

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png