actu_europe.png

France : vétusté et violences, la visite surprise d'Esther Benbassa à la prison pour mineurs de Porcheville

La sénatrice de Paris, Esther Benbassa, a inspecté à l'improviste la prison pour mineurs de Porcheville (Yvelines). L'élue a notamment pu se rendre compte de la vétusté des cellules.

Une visite surprise ce lundi à la prison pour mineurs de Porcheville dans les Yvelines. La sénatrice de Paris, Esther Benbassa, s'est rendu dans cet établissement qui enferme 55 mineurs. Cette prison, construite en 2008, est la seule pour mineurs en Île-de-France. En 2017, un rapport de la contrôleure générale des lieux de privation de liberté avait été particulièrement sévère avec cet établissement, pointant du doigt des problèmes de vétusté et de violences. Force est de constater que la situation perdure.

Les adolescents détenus dans cette prison ont entre 13 et 17 ans. Ils vivent dans des cellules vétustes. En les visitant, la sénatrice EELV s'indigne : "C'est répugnant ! La douche est dans un état lamentable. Il y a une très forte humidité. Tout est rouillé. Les toilettes sont dégoûtantes." De son côté, la directrice de l’établissent se justifie en évoquant "un conflit qui oppose la prison avec le constructeur" des cellules. Les douches, notamment, seront refaites "quand le conflit sera réglé", précise la directrice, Nathalie Jaffré.

Lors de sa visite, Esther Benbassa a pu rencontrer des mineurs détenus. A propos de leurs conditions de détention, leurs avis divergent. L'un d'entre eux estime que "c'est bien ici", que ce n'est "pas vraiment une prison" et que les détenus sont "bien traités". Mais d'autres détenus évoquent "la rouille" dans les douches, ou le manque d'activité : "Il n'y a qu'un babyfoot et des cartes pour s'amuser". L'établissement fait également face à des violences fréquentes, "plus nombreuses que dans une prison pour adulte", reconnait la directrice. "La difficulté, pour les surveillants, ajoute Nathalie Jaffré, c'est qu'ils ne sont pas forcément formés à la prise en charge de jeunes, et ils ont donc la nécessité de s'adapter à un autre public." Et selon les surveillants, la sécurité au sein de la prison ne pourra s'améliorer qu'en augmentant leurs effectifs.

De son côté, la sénatrice Esther Benbassa estime que les conditions de vie de ces détenus sont capitales pour envisager une réinsertion réussie à leur sortie de prison, sinon, "c'est ainsi qu'ils s'opposent à la République, qu'ils s'opposent à la société ; vivre dans ces conditions nourrit leur aigreur."

Et pour faire suite à cette visite, la sénatrice entend désormais alerter la contrôleure générale des lieux de privation de liberté.

Lire l'article original

Source — France Bleu

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png