actu_europe.png

France : grève à la prison de Fleury-Mérogis

"Il n'est pas exclu du tout que les autres établissements suivent derrière".
Le syndicat Force Ouvrière appellent les surveillants de la prison de l'Essonne à faire grève au soir du 31 janvier, et à bloquer la maison d'arrêt.

Thibault Capelle, surveillant de prison, secrétaire local Force ouvrière à Fleury-Mérogis, a mis en garde la ministre de la Justice, jeudi 31 janvier sur franceinfo. "II va falloir mettre de l'argent sur la table", a-t-il affirmé. Un an après le mouvement de 2018, des syndicats de surveillants appellent à des "actions" pour une évolution de leur statut et rendre la profession plus attractive. Le syndicaliste menace : "Quand Fleury s'embrase, c'est toute la France pénitentiaire qui s'enrhume. Il n'est pas exclu du tout que les autres établissements suivent derrière".

franceinfo : Pourquoi lancez-vous un mouvement jeudi soir ?
Thibault Capelle : Pourquoi ces revendications statutaires ? Pour des questions d'attractivité et de recrutement. Quand vous regardez les concours pénitentiaires, vous avez à peine 20% des inscrits qui se présentent aux concours. On a un gros problème d'attractivité (...) Le malaise il est là. Personne ne veut venir et les collègues qui sont aujourd'hui sur les coursives ont qu'une seule envie, c'est de partir.

Pourquoi ?
Les gens ne veulent pas venir passer ce concours-là, mais en même temps on peut les comprendre. Qui irait se faire charcuter la gorge comme cela s'est passé à Angers, qui irait se faire tirer dessus lors d'une extraction judiciaire comme ça s'est passé devant le tribunal de Tarascon pour 1.400 euros net en début de carrière ? C'est juste incroyable.

Quelle forme pourrait prendre votre mouvement ?
Le dispositif est en train de se mettre en place doucement. Ce soir [jeudi 31 janvier], c'est simple, la maison d'arrêt sera bloquée. On va bloquer l'appareil judiciaire pour la soirée. Ça sera reconductible dès le lendemain matin sur le centre pénitentiaire de Fresnes. On invite tous les établissements à suivre la cadence. Si la ministre ne veut pas se retrouver dans la même galère qu'au mois de janvier dernier, il va falloir qu'elle ouvre la porte des négociations, qu'elle arrête de nous envoyer des fins de non-recevoir. Si elle veut sauver la profession, il va falloir qu'elle revoie les salaires.

Vous n'aviez rien obtenu il y a un an ?
On a obtenu certaines choses. Tout n'est pas à jeter, mais le principal n'y était absolument pas puisque la ministre annonce un certain nombre de recrutements à faire, mais elle va recruter qui ? Il n'y a personne qui passe le concours. Franchement, il y a un malaise, il y a un loupé de la Chancellerie, il y a un loupé de l'État. C'est l'occasion de rectifier le tir, mais il va falloir mettre de l'argent sur la table.

C'est difficile d'être surveillant de prison aujourd'hui ?
Sur Fleury-Mérogis, j'ai à peu près 150 personnes qui sont en voie de détachement sur d'autres corps d'État en police, gendarmerie, douane ou autre. Pourquoi ils sont partis ? Pour le salaire. Vous prenez une petite ville en région parisienne. Quand ils viennent débaucher un collègue avec un salaire de 2.200 euros net par mois, il n'y a pas photo. Le gars, il ne va pas se taper 1.500 euros net. Il va aller travailler dans des conditions qui sont bien meilleures avec un meilleur salaire.

Vous avez été reçus mercredi au ministère. Il n'y a pas eu d'avancées ?
Ils ont taillé le bout de gras pendant deux heures et demie pour nous dire qu'ils ne pourraient rien faire. Ce n'est pas qu'ils ne peuvent rien faire, c'est surtout qu'ils ne veulent rien faire. La pénitentiaire, c'est un service public. C'est quand même nous qui gardons les terroristes, les violeurs, les voleurs, les trafiquants de stupéfiants, tout ce que la société ne veut pas. C'est nous qui les gardons. Si demain on n'a plus personne sur les coursives parce que tout le monde sera parti ailleurs et qu'on arrive plus à recruter, qui va garder ces gens-là ?

Lire l'article entier.

Source — France Info

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png