actu_amerique_centrale.png

91% des détenus, privés "illégalement" de liberté à la prison centrale en Haïti, déplore l’expert indépendant de l’ONU Gustavo Gallón

Source - AlterPresse

"91% des personnes détenues au pénitencier national (principale prison de la capitale), en attente de leurs procès, sont privées de liberté illégalement ou arbitrairement", indique l’expert indépendant en droits humains de l’Organisation des Nations Unies (Onu), le colombien Gustavo Gallón.

La situation s’est aggravée dramatiquement au pénitencier national, déplore Gallón, lors d’une conférence de presse, tenue le jeudi 9 mars 2017, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Plus de 70% des personnes privées de liberté en Haïti demeurent en détention provisoire prolongée, rapporte-t-il.

"La durée moyenne de détention provisoire est passée de 624 jours à 1,100 jours pour trois ans", affirme l’expert indépendant, citant une étude réalisée par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), en décembre 2016.

"Si la situation des personnes en détention provisoire prolongée était résolue, il n’y aurait pas de surpopulation dans les prisons haïtiennes", estime-t-il.

Lire l'article entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png