Le Japon ne dispose pas d’alternatives à la prison

La politique de l’administration pénitentiaire relève de "l’autarcie humaine", selon laquelle tous les services de la prison dépendent du personnel pénitentiaire

Les détenus âgés vivent leur vieillesse en détention : ils entendent mal et tardent à exécuter les ordres, certains sont incontinents, d’autres ont des problèmes de mobilité et il faut parfois les aider à se nourrir et à se laver

akaike.png

Akaike Kazumasa

Criminologue

M. Akaike Kazumasa est professeur au Centre de recherche sur la correction et la réhabilitation de l’Université Ryukoku de Kyoto, membre du Conseil d’administration de l’Association japonaise de sociologie criminelle et vice-président du Comité international des pénalistes francophones. Spécialiste du système pénitentiaire japonais, il est aussi reconnu pour ses travaux de droit pénitentiaire comparé franco-japonais.