Pays avec un taux d'incarcération élevé, le vote de la population carcérale chilienne peut peser lourd...

— Publié le 27 novembre 2017

Les Chiliens se préparent à voter pour le deuxième tour de l'élection présidentielle 2017, ce 17 décembre prochain. Pays avec un taux d'incarcération élevé, le vote de sa population carcérale peut peser lourd dans une élection qui s’annonce serrée. Cependant, les autorités responsables n'ont pas l'intention d'installer des urnes derrière les barreaux et cela en dépit d'une décision récente de la Cour suprême qui réaffirme que toute personne privée de liberté conserve le droit de vote. L'ONG Leasur organise actuellement une importante mobilisation pour exiger le respect de ce droit civique fondamental. Elle signale que sans volonté politique, le droit de vote est blanc.


ERRATUM : une erreur s'est glissée dans WEEK du 1er décembre 2017. Le Chili n'est pas le pays d'Amérique latine avec le taux d'incarcération le plus élevé. C'est à présent l'Uruguay qui détient ce triste record. Les chiffres sont extraits de la section "Highest to Lowest" de World Prison Brief.

Une personne placée en détention provisoire, au Chili, est de fait empêchée de voter, bien qu’aucun texte de loi ne le lui interdise

leasure.jpg

LEASUR

Litigación Estructural para América del Sur

Leasur est une organisation non gouvernementale, fondée à Santiago du Chili en janvier 2014, qui se consacre à la défense et à la promotion des droits des personnes privées de liberté dans une perspective critique. Grâce à des litiges stratégiques, Leasur cherche à garantir les conditions de justice et d'égalité pour la population carcérale et à influencer le processus d’élaboration de politiques publiques afin de rationaliser l’usage de la prison au Chili.

Afin de générer les changements structurels nécessaires dans ce sens, l'organisation identifie et dénonce des formes d'abus systématiques qui se produisent dans les prisons du pays et met en pratique des actions politiques, judiciaires et administratives visant à (1) punir les violations des droits des personnes privées de liberté, (2) créer un cadre institutionnel qui protège efficacement ces droits et (3) rationaliser les critères pour les poursuites pénales.

• Visiter le site internet

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png