Le Togo connaît une grave crise socio-politique. Les mauvais traitements et les arrestations arbitraires se multiplient. Etat des lieux.

— Publié le 23 octobre 2018.

Les partis d’opposition et la société civile togolaise se mobilisent, depuis le mois d’août 2017, afin de dénoncer la corruption, les injustices sociales et les violations de droits humains commis par le pouvoir en place.
Le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (le CACIT) publie, le 19 septembre 2018, après un an d’observation, son rapport sur le respect et la protection des libertés et droits fondamentaux.
Le personnel de l’association se voit refuser l’accès à certains lieux de détention dont des lieux de garde à vue, comme lors des "rafles" à la veille de manifestations entre avril et mai 2018. Les données recueillies sont partielles, du fait de ces difficultés d’accès. Arrestations massives, mauvais traitements et conditions sommaires de procès y sont décrits comme des pratiques courantes.

Le rapport fait également état de l’arrestation et de la détention de défenseurs des droits humains, pour certains pendant plusieurs mois

Le CACIT

Fédération d'organisations et d'associations

Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) est un regroupement de 15 associations et ONG créé après les événements de 2005 (violence après les élections présidentielles). Son objectif est d’assister les victimes de violence sur le plan juridique, judiciaire, psychologique et sanitaire.

• Son site internet

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png