Date du rapport
Auteur(s)Prison Insider & Centro de Prevención, Tratamiento y Rehabilitación de las Víctimas de la Tortura y sus familias (CPTRT)

Introduction

Le Honduras a l’un des taux d’homicide les plus élevés au monde. Ce climat de violence se manifeste avec davantage d’acuité dans les prisons, contrôlées par les détenus selon le système d’"auto-gouvernance".

L’administration pénitentiaire met en œuvre, depuis quelques années, un processus de militarisation du système pénitentiaire. De hauts responsables militaires sont nommés directeurs d’établissement et les membres des forces armées remplissent des fonctions d’agents pénitentiaires. Cette mesure n’entraine pas de réduction des niveaux de violence : on estime que ces quatre dernières années, 400 personnes ont trouvé la mort dans les prisons honduriennes.

La construction de méga-prisons est l’une des mesures mise en place par le gouvernement pour faire face à la crise pénitentiaire. Le Porvenir (Tegucigalpa), inauguré en février 2015, peut accueillir jusqu’à 2 000 détenus, le Pozo (San Pedro Sula) jusqu’à 2 500. Cette prison abrite, en janvier 2016, 168 personnes - considérés comme des chefs de bandes criminelles - qui vivent selon un régime d’isolement absolu.

Population du pays

8 590 000

Nature du régime

Démocratie parlementaire

Indice de développement humain

0,625

i
2016
/ PNUD