Année
Contributeur(s)Prison Insider

Droit de vote

Les personnes prévenues ont le droit de vote

oui

i
05/2019

Les personnes condamnées ont le droit de vote

oui

i
05/2019

Depuis quelle année les personnes détenues ont-elles la possibilité de voter ?

-

i
05/2019

Les personnes détenues disposaient, avant 2006, du droit de vote. La loi ne prévoyait aucun mécanisme leur permettant d’exercer ce droit. L’Electoral (Amendment) Act de 2006 met en place un cadre pratique permettant de prendre part aux scrutins à venir.

Les personnes détenues votent

par correspondance

i
05/2019

Le vote est organisé dans l’ensemble des établissements pénitentiaires.

i
05/2019

Taux de participation

1,45 %

i
05/2019

58 des 3 987 détenus des onze prisons d’Irlande font usage, le 25 mai 2018, de leur droit de vote.

Le taux de participation national est de 64,13 %. Une baisse significative de la proportion des personnes détenues désireuses d’exercer leur droit de vote est constatée.

Près de 12 % d’entre elles votent, aux élections générales de 2007, juste après s’être vu accorder le droit de vote. Elles sont 4,2% à l’avoir fait aux élections générales de 2016.1


  1. Irish Times website, Only 58 prisoners voted in abortion referendum, 15 juin 2018 

Les personnes détenues sont tenues d’exprimer leur volonté de voter. Elles reçoivent des bulletins de vote par courrier. Le vote a lieu dans la cellule.

i
05/2019

La confidentialité du vote est respectée

oui

i
05/2019

L’Electoral Act de 2006 garantit la confidentialité du vote des personnes détenues. L’installation d’isoloirs dépend, cependant, du personnel pénitentiaire.

Aucun incident spécifique n’est rapporté.

i
05/2019

Les bulletins sont envoyés “au directeur de scrutin” pour être comptabilisés.

i
05/2019

Cormac Behan rapporte, dans une publication scientifique1 : “*L’un des thèmes récurrents, lorsque le sujet du niveau d’abstention est abordé, est le sentiment des personnes détenues d’être négligées par les représentants politiques, avant et au cours de la campagne. Les personnes interrogées déclarent que leur manque de connaissances politiques, d’accès aux programmes des partis et aux documents électoraux, et d’échange direct avec les candidats vont à l’encontre de l’objectif poursuivi : un engagement politique significatif, et ce quel que soit le lieu où résidait le citoyen au moment du scrutin. *”


  1. Cormac Behan, “Still Entitled to Our Say”: Prisoners’ Perspectives on Politics, The Howard Journal, Vol 51 N° 1, février 2012, p. 28. 

i
05/2019