Portfolio

Entrez dans l’information par l’image en partageant le regard singulier de photographes sur l’enfermement. Ces photographes témoignent de leur engagement en nous offrant leur portfolio.

Prisons de Madagascar

pr01_virginiedegalzain.jpg
Galerie
pr01_virginiedegalzain.jpg
pr02_virginiedegalzain.jpg
pr03_virginiedegalzain.jpg
pr05_virginiedegalzain.jpg
pr04_virginiedegalzain.jpg
pr06_virginiedegalzain.jpg
pr08_virginiedegalzain.jpg
pr07_virginiedegalzain.jpg
pr09_virginiedegalzain.jpg
pr010_virginiedegalzain.jpg
pr011_virginiedegalzain.jpg
pr012_virginiedegalzain.jpg
pr013_virginiedegalzain.jpg
pr014_virginiedegalzain.jpg
i
Légendes
Sœur Agnès agit pour le respect de l’accès aux droits (santé notamment) et pour la réinsertion des prisonniers. Elle met en place et anime des ateliers de travail, des classes d’alphabétisation ou de remise à niveau scolaire ; ceux qui le peuvent rattrapent un niveau équivalent au Certificat de formation général (CFG) ou au brevet des collèges (DNB).
pr015_virginiedegalzain.jpg
pr016_virginiedegalzain.jpg
pr017_virginiedegalzain.jpg
pr019_virginiedegalzain.jpg
pr020_virginiedegalzain.jpg
pr018_virginiedegalzain.jpg
pr021_virginiedegalzain.jpg
pr022_virginiedegalzain.jpg
pr023_virginiedegalzain.jpg
pr024_virginiedegalzain.jpg
pr025_virginiedegalzain.jpg
pr026_virginiedegalzain.jpg
pr027_virginiedegalzain.jpg
pr028_virginiedegalzain.jpg
pr029_virginiedegalzain.jpg
pr030_virginiedegalzain.jpg
pr031_virginiedegalzain.jpg
pr032_virginiedegalzain.jpg
pr033_virginiedegalzain.jpg
pr034_virginiedegalzain.jpg
pr035_virginiedegalzain.jpg
pr037_virginiedegalzain.jpg
pr036_virginiedegalzain.jpg
pr038_virginiedegalzain.jpg
pr039_virginiedegalzain.jpg
pr040_virginiedegalzain.jpg
pr042_virginiedegalzain.jpg
pr041_virginiedegalzain.jpg
pr043_virginiedegalzain.jpg
pr045_virginiedegalzain.jpg
pr044_virginiedegalzain.jpg
pr046_virginiedegalzain.jpg
pr047_virginiedegalzain.jpg
pr048_virginiedegalzain.jpg
À retrouver dans
148

Avec plus de 20 000 détenus dans l’île, le nombre de prisonniers a explosé depuis la chute de Ravalomanana (2009) dépassant de plus de 50% les “capacités” d’accueil.

Prisons de Madagascar

Des espaces surpeuplés datant le plus souvent de la colonisation, des odeurs d’urine qui vous prennent à la gorge et vous imprègnent à peine la porte des “dortoirs” franchie, la menace récurrente de la peste en raison d’une forte présence de rats et de puces, un nombre important de décès faute d’alimentation suffisante et de soins, des droits humains non respectés… Telle est la situation des prisons de Madagascar et de nombreux pays du monde. Même si de nombreuses ONG et associations comme Médecins du Monde œuvrent pour l’amélioration des conditions sanitaires, juridiques et humaines, la tâche est titanesque.   

Avec plus de 20 000 détenus dans l’île, le nombre de prisonniers a explosé depuis la chute de Ravalomanana (2009) dépassant de plus de 50% les “capacités” d’accueil. Notons, s’il est besoin de le rappeler, que l’aide internationale est quasi interrompue depuis cette période. Le pays traverse une crise prolongée immense, et le parti pris a été de bloquer plus encore la situation d’habitants isolés, dans une grande pauvreté. Conséquence, les budgets nécessaires pour l’alimentation, la santé, le droit, l’éducation, l’entretien et la rénovation des bâtiments, déjà largement sacrifiés au regard des besoins de la population, le sont plus encore pour les prisons.   

De 2005 à 2012, Médecins du Monde a agi en renfort à Madagascar pour le respect de tous les droits fondamentaux des prisonniers. Surpopulation carcérale, engorgement des tribunaux, décès par malnutrition, mauvais traitements, maladies liées au contexte national et à des conditions d’hygiène inimaginables. Autant d’urgences qui impliquent un travail de terrain avec des partenaires de la vie civile et politique pour améliorer l’accès aux droits juridiques et humains, à la santé, à l’alimentation, à l’hygiène mais aussi de veiller à ce qu’ils soient maintenus et pérennisés.   

En août 2012, quelques mois avant le transfert de sa mission vers des relais locaux, j’accompagne Médecins du Monde pour faire plusieurs reportages, notamment dans deux prisons situées au sud d’Antananarivo. J’ai quelques heures dans chacune d’elle.

Je peux « tout » prendre sauf les visages… Ainsi commence la dépossession et la disparition de soi.

Je peux « tout » saisir dans la limite du temps imparti et de ce qui se passe – ou ne se passe pas – quand une visite est prévue.   

Les deux prisons concernées sont considérées comme « correctes » au regard de nombreuses autres et compte tenu des actions menées. Je n’ose imaginer ce que représente « le pire ». Ces images révèlent un extrait de ce j’ai perçu, trop vite, sans distance ni recul. Une évocation, car il ne peut en être autrement, qui rend visible une part d’invisible inconcevable et inhumain, des fragments de (sur)vie aussi, au quotidien.   

Virginie de Galzain

Virginie de Galzain

Photographe

Photojournaliste indépendante, Virginie de Galzain est engagée en faveur du respect des droits fondamentaux. La réalité des conditions de vie dans une société encore génératrice d’inégalités est au cœur de ses préoccupations. Tout comme la valorisation des actions et des acteurs citoyens et constructifs.

Pour elle, la déshumanisation chronique des personnes en difficulté est insupportable. En 2008, elle définit donc des projets photographiques sur les différences invisibles, nombreuses, qui conditionnent la vie au quotidien. Elle travaille aussi depuis fin 2010 sur l’accès à l’éducation et à la formation pour tous et la lutte contre l’illettrisme.

Mémoire et face à face avec l’autre, la photographie a pour elle un rôle fondamental dans un monde où nous sommes bombardés d’images non hiérarchisées : celui d’informer, de témoigner, d’humaniser et d’être un relais.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png