Actualité

Turquie : Les détenus kurdes dénoncent leurs conditions d’incarcération

Depuis février, une centaine de “prisonniers politiques” suivent des grèves de la faim pour dénoncer le bafouement de leurs droits élementaires par les autorités turques.

deux semaines du référendum constitutionnel, le gouvernement islamo-conservateur turc ne veut pas de vagues autour des prisonniers politiques kurdes. C’est ce que semble indiquer la réponse des autorités à la grève de la faim de Selahattin Demirtas, le coprésident du Parti de la démocratie des peuples (HDP, prokurde), incarcéré dans la prison d’Edirne, à l’ouest de la Turquie, avec quelques-uns de ses compagnons. Entamée vendredi 31 mars au matin, sa grève a pris fin le soir même sur la foi des “promesses” de la direction pénitentiaire de résoudre les problèmes.

La nouvelle a été annoncée dans un communiqué diffusé le jour même par le HDP et signé par les “prisonniers politiques” d’Edirne. Visé par plusieurs procédures judiciaires, le chef kurde est accusé de “diriger une organisation terroriste” et de faire de la “propagande terroriste” pour le compte du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ce pour quoi il risque cent quarante-deux ans de prison.

Lire l’article entier

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png