Actualité

Liban : Le système judiciaire n'enquête toujours pas de manière adéquate sur les allégations de torture, selon un rapport

"Les autorités judiciaires libanaises n'enquêtent toujours pas sur les graves allégations de torture formulées par les victimes", écrit le Comité libanais pour la prévention de la torture (CPT) dans un rapport rendu public jeudi.

Les conclusions du CPT sont basées sur cinq visites de prisons et de centres de détention civils et militaires. Des visites et des entretiens ont également été menés dans deux autres lieux où des personnes sont ou pourraient être privées de liberté : un abri temporaire établi par l’ambassade des Philippines dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et les locaux de Ramco, une société libanaise de construction, d’installations et de gestion des déchets.

Le CPT a qualifié la prison de Roumieh, le principal établissement pénitentiaire du pays, “loin d’être acceptable”. Parmi les problèmes qu’il a identifiés dans cette prison figurent la surpopulation - elle abrite environ 3 250 détenus alors qu’elle a été conçue pour n’en accueillir que 2 000 -, les mauvaises conditions sanitaires, notamment l’absence de soins médicaux adéquats, une nourriture “immangeable”, “des rats trouvés dans les réservoirs d’eau [du bloc B]” et une pratique excessive de l’isolement cellulaire. En novembre 2021, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux montrant des détenus de Roumieh en train de s’automutiler pour demander l’amélioration de leurs conditions.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png