Actualité

La Turquie, "plus grande prison au monde pour les journalistes"

Arrêté le 26 juillet, Loup Bureau vient ajouter son nom à la longue liste des journalistes emprisonnés en Turquie. La liberté de la presse dans le pays est mise à mal, particulièrement depuis le coup d’État manqué contre Recep Tayyip Erdogan.

Moins de deux mois après la libération du photographe Mathias Depardon, un nouveau journaliste français a été arrêté en Turquie. Loup Bureau a été incarcéré dans une prison d’État dans le sud-est du pays. Il est soupçonné d’assistance à une organisation terroriste. “Les dirigeants turcs et le président Erdogan en tête abhorrent les journalistes étrangers trop curieux et n’hésitent pas à les arrêter pour imposer un mur du silence sur la réalité de ce pays, qui est la plus grande prison au monde pour les journalistes”, ont déclaré dans un communiqué commun les syndicats français de journalistes SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes.

● La Turquie, 155e dans le classement 2017 de RSF

Les ONG dénoncent régulièrement les manquements d’Ankara. La Turquie figure à la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse réalisé par Reporter Sans Frontières, derrière la Russie, à la 148e place. “La chasse aux médias critiques menée par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan culmine depuis la tentative de putsch du 15 juillet 2016”, écrit RSF. La situation s’est dégradée depuis 2010 après une amélioration au début des années 2000. En 2005, la Turquie occupait ainsi la 98e place.

Lire l’article entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png