Actualité

France : trois questions à Olivia, militante du Genepi, sur la situation des personnes LGBT+ en prison

Olivia est militante dans l’asso lesbienne, bie, féministe, radicale et révolutionnaire, FièrEs. Mais pas que. Elle est également activiste anti-carcérale, et s’est engagée comme bénévole chez le Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées : le Genepi. Pour elle, mettre fin au patriarcat et au capitalisme est une nécessité afin de venir à bout de la prison telle qu’elle est actuellement, et toutes les violences qu’elle charrie, notamment pour les personnes racisées, et LGBT+. Rencontre.

En quoi le système carcéral est-il préoccupant en France ?

Olivia : Très concrètement, en France, il y a peu de considération pour les personnes détenues. Le taux de surpopulation est synonyme de matelas au sol dans des cellules de 9m2, occupées parfois par 4 personnes. S’ajoutent à cela l’insalubrité, le manque de soins médicaux, les faibles perspectives d’avenir… Plus largement, le système carcéral canalise des formes d’oppression qui lui permettent d’exister. Il est donc important d’interroger cette institution au prisme des luttes anticapitaliste, antiraciste, antisexiste, LGBT+, et j’en passe. Par exemple les personnes détenues, majoritairement des jeunes hommes racisés, sont une main d’œuvre à très bas prix pour de grandes multinationales.

Quelles sont les situations particulières des personnes LGBT+ en prison, les enjeux pour elles et eux ?

**O. **: Les personnes LGBT+sont stigmatisées et violentées comme à l’extérieur. Quand elles ne retournent pas au placard en entrant en détention, elles se retrouvent seules et isolées. Les personnes trans en particulier : elles sont régulièrement mégenrées par le système judiciaire et placées dans le mauvais quartier ou établissement.

Lire l’article en entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png