Actualité

France : la pagaille de l’application des peines de prison

Entre les retards dans l’exécution des sanctions et les alternatives à la détention, la justice est dure à appréhender.
A quelques mois de l’élection présidentielle, sera débattue en séance au Sénat, mardi 31 janvier, une proposition de loi “tendant à renforcer l’efficacité de la justice pénale”.
Ce texte très politique déposé par les sénateurs Bruno Retailleau et François-Noël Buffet, tous deux au cœur de l’équipe de campagne du candidat Les Républicains François Fillon, va très au-delà de la querelle idéologique sur le meilleur moyen de lutter contre la récidive. Elle cherche à réduire les possibilités d’aménagement des peines et à renforcer l’automaticité de l’exécution de celles-ci. Deux sujets source de fantasmes sur une justice perçue comme laxiste.

Il faut dire que dans le fonctionnement d’une justice paupérisée, ces étapes qui interviennent après le jugement sont mal expliquées, mal comprises et surtout désorganisées. Une situation qui donne prise au slogan lancé par François Fillon dimanche 29 janvier lors de son meeting à La Villette : “Un délit : une sanction ! Voilà la règle qui doit être parfaitement claire pour les délinquants.” Le candidat à la présidentielle plaide pour une “justice ferme et rapide”.

Lire l’article entier [édition abonnés]

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png