Interview

France : "il y a nécessairement une part d’errance dans mon travail"

Que peut dire la photographie sur la prison ?

Thierry Chantegret est photographe. Il vit de son activité depuis ses 19 ans. Il effectue une école de photographie à Toulouse avant de devenir assistant photographe de mode, activité qui le conduit à beaucoup voyager. Il travaille ensuite dans une agence de communication puis dans un laboratoire ou il effectue , entre autres, des tirages d’exposition pour des photographes représentés par l’agence Magnum. Il se consacre, depuis 20 ans, à son travail d’auteur : commandes institutionnelles, stages, expositions et interventions en milieu scolaire notamment.

Il intègre, en 2021, l’équipe de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL). Cette autorité administrative indépendante peut se rendre dans tous les lieux dans lesquels les personnes sont enfermées : hôpitaux psychiatriques, locaux de garde à vue, centres éducatifs fermés, centres de rétention administrative, prisons. Ses visites font l’objet de rapports qui décrivent avec précision les conditions de vie de ces personnes.

Au sein de cette équipe, le rôle de photographe est-il singulier ? Prison Insider a rencontré Thierry Chantegret. Interview

Quand les murs s’effritent, quand une cellule est dévastée, c’est le registre de l’évidence

Je suis quasiment le seul, avec le chef de mission, à aller partout.

La lumière et le cadrage concourent à une forme d’esthétisation

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png