Interview

France  : en prison, retour à l’anormal

Comment les autorités agissent-elles pour protéger les personnes détenues de la seconde vague de l’épidémie  ?

Le taux d’occupation moyen passe, en mai, sous la barre des 100 %. Le pays compte alors plus de places que de personnes incarcérées, exauçant le vœu de nombreuses organisations de défense des droits humains qui le réclamaient depuis des dizaines d’années. Qu’en est-il aujourd’hui  ? Cette décroissance carcérale s’inscrit-elle dans la durée  ?

Charline Becker est la coordinatrice de la section française de l’Observatoire international des prisons dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Prison Insider lui pose trois questions.

photographie Grégoire Korganow.

Il semblerait que le coronavirus soit entré dans de nombreuses prisons de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Une occasion unique avait été créé de prendre le problème de la surpopulation à bras le corps, et cette occasion a été perdue

Alors que le déplacement est considéré comme un motif familial impérieux, certaines prisons refusent de fournir des justificatifs

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png