Actualité

Diren, détenue trans en Turquie, en grève de la faim

Le 25 janvier 2018, Diren Coşkun, détenue trans, a entamé une grève de la faim totale dans la prison de Tekirdağ, où elle est incarcérée depuis le 14 août 2017.

Qui est Diren ?

Diren est une trans, kurde et alévie de Dersim, anarchiste et activiste, membre de l’association Keskesor LGBTI Amed.

Elle a été arrêtée le 14 août, au Palais de Justice de Diyarbakır (Amed) où elle s’était rendue afin d’obtenir son code d’accès à E-Devlet [Traduisez, “E-Etat”, un système en ligne fourni par l’état, utilisé pour des démarches administratives]. Pendant la vérification de son identité, on lui annonça qu’elle avait été condamné à une peine de prison confirmée [par la Cour d’appel], pour “appartenance à une organisation [entendez “illégale” donc “terroriste”] et pour propagande pour celle-ci. Sa condamnation étant “confirmée” elle fut donc arrêtée et incarcérée.

Elle est détenue dans la prison d’hommes de Tekirdağ, en isolement, “pour sa sécurité”, comme c’est le cas, pour la majorité des détenues trans. Les détenues trans, en cours de traitement avant opération, ou souhaitant se faire opérer, rencontrent des blocages des administrations des établissements carcéraux.

Non seulement elles subissent l’isolement, agressions et discriminations dans leur quotidien, mais aussi, leurs accès aux traitements et à l’opération sont quasi systématiquement empêchés.

Il se trouve que pour chaque cas de figure, il est nécessaire de mener une bataille à la fois administrative et juridique, à l’intérieur du système carcéral, mais aussi à l’extérieur, avec le soutien des organisations de société civile, des personnes solidaires et les médias alternatifs. Et dans le milieu carcéral, même si les revendications concernent les droits les plus fondamentaux, le moyen de les obtenir passe par des méthodes radicales.

Lire l’article entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png