Actualité

Canada : au Nunavik, les prisonniers d’un système inadapté

Discrimination systématique. Les habitants du Nunavik et membres de la communauté inuite sont confrontés depuis des années au système de justice québécois, qui les expose à des temps de détention préventive, après inculpation, qui dépassent de plus d’une semaine la moyenne nationale, indiquent des données inédites obtenues par Le Devoir. Cette disparité viole la loi en matière d’égalité face à la justice, compromet la confiance envers l’administration de cette justice et porte un préjudice grave aux prévenus, estiment plusieurs experts consultés.

“Nous sommes devant un système inhumain, laisse tomber Jean-Pierre Larose, chef du Corps de police régional Kativik (CPRK) joint à Kuujjuaq lundi. Et comme bien des choses au Nunavik, on parle des problèmes, on les explique, mais on fait très peu pour les résoudre.”

Selon les chiffres obtenus par la Loi d’accès à l’information auprès du ministère de la Sécurité publique, la détention préventive pour la communauté du Nunavik a été supérieure en jours de 29 % à 59 %, entre 2015 et 2018.

Plus précisément, si au Québec, en 2017-2018, un prévenu a passé en moyenne 26,5 jours en prison avant de comparaître devant un juge, au Nunavik, ce temps était de 7,5 jours plus élevé par rapport à l’ensemble du Québec. Il a été également de 14 jours de plus en 2015-2016 et de 16 jours de plus en 2016-2017, comparé à la moyenne provinciale de ces années-là.

Pire, la disparité est toujours perceptible pour l’année en cours (2018-2019) avec des données préliminaires qui établissent à 31 jours le temps de détention préventive pour les résidents du Nunavik, alors qu’il n’est que de 24 jours ailleurs sur le territoire québécois.

Rappelons qu’au Québec le Code criminel tout comme les chartes canadienne et québécoise exigent qu’un accusé conserve sa liberté dans l’attente de son procès. Sa détention préventive, si cette liberté lui est refusée, doit être accompagnée d’une enquête sur cautionnement ou sur remise en liberté qui, à moins que le prévenu y renonce, doit être tenue dans un délai de trois jours. Cette mesure vise à protéger ses droits et éviter une détention indue dans l’attente d’un procès.

Or, pour la communauté inuite, ce respect du droit est encore plus difficile à appliquer qu’ailleurs dans la province, en raison des distances, des conditions climatiques et surtout de la mécanique des comparutions qui fait passer les prévenus de Kuujjuaq à Amos en passant obligatoirement par Montréal en avion, puis en autobus vers l’Abitibi avec escale par Saint-Jérôme. “Ce transport peut prendre de 5 à 10 jours et place le prévenu dans des conditions déplorables”, dit M. Larose, qui fait référence à la fatigue inhérente à un tel voyage, mais aussi à des services alimentaires et sanitaires inadéquats durant ce déplacement. “C’est totalement inacceptable.”

Lire l’article entier.

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png