Actualité

Burkina Faso : Les bakoroman de Ouagadougou et le cycle infernal de la délinquance

L’enfermement pénitentiaire a-t-il comme vocation première de punir les délinquants, de protéger les braves citoyens ou d’initier un processus de réinsertion ? Cette question, les enfants et jeunes adultes qui vivent dans les rues de la capitale du Burkina Faso n’ont pas le loisir de se la poser. Ils s’appellent entre eux les bakoroman, « ceux qui vivent en bakoro », c’est-à-dire dans la rue. Car leur simple existence, illégale du matin au soir et du soir au matin, semble aux yeux de la loi faire de la prison leur destination naturelle. Lire l’article entier

À nos côtés

Don mensuel

Agir
Contribuer
Diffuser
Développer
mockups_devices_fr.png